Les premiers pas du cinéma gabonais

Autour de trois films retrouvés : Sur le sentier du requiem (1971) & Identité (1972) de Pierre-Marie Dong, Il était une fois Libreville (1972) de Simon Augé. Lors du 31e Festival international du film d’Amiens (Novembre 2011) et de la Rétrospective du cinéma Gabonais (Libreville, Février 2102) ont été diffusés pour la première fois depuis une trentaine d’années, trois films que l’on croyait disparus à jamais (1). Trois films-clés qui, ajoutés aux deux œuvres de Philippe Mory (La Cage, 1963 ; Les Tam-tams se sont tus, 1971), permettent de définir assez clairement les objectifs et les valeurs cinématographiques...

Les escales documentaires de Libreville Avr18

Les escales document...

Les Rencontres documentaires de Libreville en images.    

Éditorial Fév22

Éditorial

En juillet 2010, des travaux du professeur Abderrazak El Albani, entouré d’une équipe internationale, sont publiés dans la revue Nature. Ils remettent en question l’apparition de la vie multicellulaire qui était jusqu’alors estimée à 670 millions d’années. En effet, au cours...

Le cinéma gabonais

Parler du cinéma gabonais aujourd’hui comme par le passé, apparaît encore comme quelque chose d’étrange. Il est un peu à l’image du pays, c’est-à-dire connu méconnu. L’on ne connaît pas les hommes, ni leurs cultures, ni leur Histoire et leurs histoires non plus. Et cela peut engendrer un certain nombre de préjugés. Pourtant, nous nous racontons, et essayons de trouver humblement notre place dans la production cinématographique mondiale avec plus ou moins de bonheur. Philippe Mory – Photo Roland Duboze   Flash-Back sur les années Lumière… Revisitons tout d’abord les écrans du passé. En ce...

Premiers talents

Se pencher sur l’histoire du cinéma Gabonais implique d’être prêt à rencontrer de tout jeunes hommes aujourd’hui disparus ou déjà bien âgés. C’est aller sur les chemins et les rêves de cinéastes en quête d’un pays à construire. C’est emprunter les pas de jeunes de...

Philippe Mory

(Extraits d’un entretien avec Philippe Mory in Le Film Africain & du Sud n° 28  Mai 1998, réalisé par Imunga Ivanga) On n’enterre pas le dimanche de Michel Drach. Mon arrivée au cinéma “J’ai été attiré par ce métier depuis le collège. Arrivé à Paris, j’ai fait...

Le documentaire gabonais : les nouvelles formes du...

L’histoire du documentaire gabonais  a été orpheline pendant longtemps, en effet l’un de ses films-clef Il était une fois Libreville de Simon Augé, n’était pas accessible. Les jeunes générations ont dû attendre Février dernier pour enfin découvrir cette superbe entrée en matière dans le réel de leur capitale, au lendemain de l’Indépendance. Au fil des ans, le documentaire gabonais témoigna de recherches individuelles, de coup de cœur liés à un événement historique ou à un rituel spécifique à une région ou culture locale.  Est-il nécessaire de rappeler l’importance culturelle de l’oralité au Gabon !...

Le film « Underground » au Gabon Fév17

Le film « ...

Le film «underground» au Gabon connaît un engouement certain depuis la fin des années quatre vingt dix. Parmi ses pionniers l’on peut compter Pierre Ndongo  avec son film  La Mamy Watta noire, et Gauthier Révignet  avec Yamba  bien qu’étant demeuré à ce jour inachevé. Deux...

L’expo photo Fév16

L’expo photo

De 1962 à 2012 les cinéastes gabonais ont suscité le rêve en fabriquant des images de leur pays, à travers des films d’une énergie et d’un engagement peu commun. Ils ont été accompagnés par des techniciens qui au fil des tournages ont capitalisé leur expérience et apporté leur effort à la construction de cet art. Et des comédiens qui ont donné leur voix à des personnages héroïques. Dans cette exposition, l’on remontera le temps à travers des scènes devenues légendaires. Ce sera aussi l’occasion de découvrir aux côtés de quelques photographies d’archives celles, nombreuses, de Roland Duboze réalisées sur...