Seule université gabonaise à figurer dans le classement Webometric 2017 des 26348 universités du monde, l’Université Omar Bongo occupe, sur le continent africain, le 897e rang sur 1520 et le 20293e sur le plan mondial.

Image du Slider de la page d’accueil du site Internet de l’UOB. © Gabonreview

 

Les étudiants, enseignants et chercheurs de l’Université Omar Bongo ont énormément du chemin à faire pour espérer figurer ne fut-ce que dans le top 100 du plus grand classement académique des établissements d’enseignement supérieur, édité par des chercheurs du «Consejo superior de investigaciones cientificas» (Csic), un organisme espagnol.

La Webometrics se focalise sur la performance globale des universités du monde entier sur le web qui est, selon le Csic, un outil indispensable à l’époque actuelle. Elle prend en compte quatre indicateurs pondérés : l’impact (nombre de liens hypertextes pointant vers les pages du site web) ; la présence (nombre de pages du site web contenues dans l’index de Google) ; l’ouverture (nombre de productions scientifiques indexées par Google Scholar) et l’excellence (nombre d’articles entrant dans les 10% des revues les plus citées par Scimago).Sur ces quatre indicateurs pondérés, l’UOB se classe 16231e en terme d’impact, 25981e pour la présence, 8635e pour l’ouverture et 5778 pour l’excellence.

L’objectif initial du classement est de promouvoir la présence universitaire sur la toile, en soutenant les initiatives «Open Access» visant à accroître de manière significative le transfert des connaissances scientifiques et culturelles générées par les universités à l’ensemble de la société.

En tête du classement a fricain, l’Afrique du sud place 7 universités sur les 10 premières du top 100. Après l’Afrique du Sud, l’Egypte est le second pays à avoir plus de points dans ce classement consultable sur http://www.webometrics.info/en/Ranking_africa dans lequel la première université gabonaise se perd.