Trois sujets de nationalité française, Alec Mercier, Bertrand Teyssedre et David Douchet, mis en cause dans la disparition des briques posées par le président Ali Bongo et la star de football Lionel Messi, ont été interpellés vendredi et dimanche derniers par les agents de l’antenne provinciale de la police judiciaire.

Alec Mercier, principal suspect de la disparition des 1ères pierres du stade de Port-Gentil. © Gabonreview/Louis Mbourou

Alec Mercier, principal suspect de la disparition des 1ères pierres du stade de Port-Gentil. © Gabonreview/Louis Mbourou

 

«Je voulais juste m’amuser avec des amis», a déclaré Alec Mercier, principal suspect dans l’affaire, après son interpellation vendredi dernier dans l’après-midi. Il a reconnu avoir, dans la nuit du 18 au 19 juillet dernier, entraîné ces deux amis sur le site de Ntchengue à une heure du matin. «J’ai pris deux briques dans mon jardin que j’ai posées à la place de celles que j’ai arrachées», a-t-il indiqué aux enquêteurs. Après son forfait, le jeune homme a déclaré s’être rendu dans une boîte de nuit de la ville où il s’est mis à exhiber ses trophées. «C’est dans les environs de la boîte de nuit que j’ai perdu une des briques. Elle est tombée puis s’est effritée», a-t-il laissé entendre. «Voyant que l’affaire prenait des proportions inquiétantes, a-t-il poursuivi, j’ai pris un bateau et me suis rendu au large de la plage de Sogara pour jeter l’autre brique que je gardais chez moi».

Ces deux complices ont quant à eux été interpellés dans la matinée de samedi puis placés également en garde à vue.

Les trois compères qui vont être déférés devant le procureur de la République ce 27 juillet risquent une inculpation pour destruction et dégradation d’un bien public.