Au terme de la journée du 27 juillet 2017, les cyclistes gabonais sont sortis bredouilles des rues d’Abidjan alors qu’Andréa Eyui Mbengone a offert à son pays une médaille d’argent en judo.

Andréa Eyui Mbengone, le 27 juillet 2017, à Abidjan. © Gabonreview

 

Andréa Eyui Mbengone, en kimono blanc. Et, un aperçu des loosers gabonais en cyclisme. © Gabonreview

Trois jours de compétition, ponctués de fortunes diverses, auront été nécessaires à l’équipe nationale de judo pour décrocher une médaille. Andréa Eyui Mbengone a, en effet, obtenu l’argent, le 27 juillet au Palais des sports d’Abidjan. Engagée dans la catégorie des +78 kg, la jeune Gabonaise a froissé le kimono, en finale, avec la Française Anne Bairo qui l’a battue par ippon. La continuatrice en puissance de Mélanie Engouang (7 Fois championne d’Afrique et une fois champion du monde militaire) sortait, il faut le dire, de deux combats de forte intensité. Elle se contentera finalement d’une breloque d’argent.

Si elle a été battue par ippon en demi-finale, Andréa Eyui Mbengone avait affronté, en quart de finale la Canadienne Sarah Perks qu’elle a vaincu par…ippon, avant d’éliminer également  la représentante du Congo-Brazzaville, Liliane Locko Mapela… par ippon. Ces deux belles victoires ont suffi pour raviver l’espoir et créer le bonheur de la délégation gabonaise : en atteignant la finale, Eyui Mbengone ne pouvait quitter la compétition qu’avec une récompense autour du cou. Mais la médaille d’or lui a finalement été ravie par la Française Bairo, son dernier adversaire.

Ce demi succès a fait oublier l’échec de Loïc Nnang (+100 kg), battu au 4e tour des éliminatoires par le Camerounais Daniel Urbain Mepui Anong. De même, l’argent ramené en judo a un peu dissipé la contreperformance de l’équipe gabonaise de cyclisme dont le périple dans les rues d’Abidjan a été essaimé de chutes et de l’abandon de quelques coureurs. Justifiant, comme à leur habitude, cette performance négative, certains cyclistes ont pointé du doigt les vélos, trop lourds et d’un autre âge, selon eux, par rapport à ceux de leurs concurrents.