En marge de la célébration de la Sainte Barbe, la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) a organisé, vendredi 1er décembre à Moanda, une journée de sensibilisation sur le VIH/Sida dédiée aux jeunes élèves de la commune.

Scène de la sensibilisation sur le VIH/Sida, avec l’humoriste Souleyman, le 1er décembre 2017 à Moanda. © Gabonreview

 

Cette journée du 1er décembre consacrée à la lutte contre le Sida, Comilog n’y est pas passée à côté. En marge de la célébration de la sainte patronne des miniers, la Compagnie a organisé une journée de sensibilisation sur la pandémie. Les élèves des établissements d’enseignement primaire et secondaire de Moanda ont été les principales cibles.

Au cœur de la ville, en plus d’une kermesse essentiellement consacrée aux jeux pour les plus jeunes et à la découverte des cultures des différentes communautés étrangères résidant dans la commune, des conseils sur le ton de l’humour ont été donnés aux jeunes élèves. Au préalable, un concours de dessin et de poésie avait été lancé quelques jours plus tôt, auquel ont pris part plusieurs élèves de la ville.

© Gabonreview

Cette journée de sensibilisation à laquelle ont assisté les membres du comité de direction de Comilog, à l’instar de l’administrateur directeur général Hervé Montegu et son adjoint Léod-Paul Batolo, a été organisée dans le cadre du «Programme Gamma». Initié en 2006 par la direction générale de la Compagnie, «ce programme est une réponse aux actions de sensibilisation menées par le gouvernement», indique l’entreprise exploitante de manganèse, qui précise que «depuis 2006 à ce jour, ce sont plus de 350 familles qui sont prises en charge dans le cadre du programme».

C’est donc pour éviter de nouvelles infections dans ces familles, dont la plupart des membres sont des employés de la compagnie que cette journée est organisée tous les 1er décembre, conformément au calendrier mondial. Une journée au cours de laquelle, les instructeurs, tout en axant leur sensibilisation sur la nécessité de la prévention, tentent de rompre avec les préjugées sur le VIH/Sida entretenus par les jeunes, dont certains avouent ne pas très bien connaître la maladie et ses véritables voies de transmission.