L’association Espoir pour les enfants a prêché le 13 février 2018, l’abstinence aux collégiens du complexe scolaire Mère Jean Gabrielle, dans le cadre de sa caravane de sensibilisation sur le VIH-Sida en milieu scolaire.

Les élèves du Complexe Mere Jean Gabriel échangeant avec le Pasteur Michel Nikiema. © D.R

 

Selon les spécialistes, le VIH/Sida affecte de plus en plus les jeunes de sexe masculin et féminin. L’absence des informations sur le mode de contamination, le comportement sexuel à risque et l’usage en commun des objets tranchants exposent certains élèves au VIH/Sida.

Préoccupée par cette situation, l’association «Espoir pour les enfants» a lancé le 13 février une caravane de sensibilisation sur le VIH Sida en milieu scolaire. Celle-ci a débuté par le complexe scolaire Mère Jean Gabrielle.

Les élèves du Complexe Mere Jean Gabriel. © D.R

«Il nous est apparu essentiel d’agir en amont pour éviter que les adultes de demain ne se voient à leur tour, happés par ce tourbillon de désespoir. Et nous souhaitons, grâce à nos diverses interventions dans les lycées, écoles et collèges améliorer notre visibilité, redynamiser nos équipes et pouvoir mobiliser de nouveau des fonds pour poursuivre nos actions de soutien en faveur des orphelins et enfants rendus vulnérables par le VIH (OEV)», a déclaré la présidente de l’association, Pauline Mvele.

Au cours des échanges avec les élèves, la présidente de l’association accompagnée du président de l’ «ONG Vigilance» (Burkina Faso), Pasteur Michel Nikiema, a affirmé que l’abstinence et la sensibilisation accrue constituent les meilleurs moyens de lutter contre ce fléau.

Ces deux moyens participent efficacement à la réduction des grossesses précoces et de nouvelles infections.

«Notre message insiste sur la prévention et nous préconisions l’abstinence comme mode de prévention, pour cela, nous ne distribuons pas de préservatifs. Nous avions distribué des préservatifs par le passé, mais maintenant nous ne voulons plus le faire. Parce que nous sommes convaincus que le fait de distribuer des préservatifs pourrait inciter les jeunes à la débauche, à la perversion. Nous pensons que si les jeunes sont sensibilisés au respect de leur corps, à la dignité et à la gestion responsable de leur sexualité, ils peuvent prendre la décision de pratiquer l’abstinence», a expliqué Pauline Mvele.

Espoir pour les enfants œuvre, depuis 2005, auprès des enfants en difficulté et les orphelins et enfants rendus vulnérables par le VIH. L’association s’occupe également des enfants qui vivent dans une extrême précarité.