Pour avoir pris part au dialogue politique en cours dans le Nord de Libreville, la Fédération des agents publics de la communication et du travail (FAPCT) est suspendue des activités de Dynamique unitaire et proposée à l’exclusion jusqu’au prochain congrès de cette confédération syndicale.

 © Gabonreview (archive)

 

Tenu le 22 avril 2017, le conseil confédéral extraordinaire de Dynamique unitaire, la confédération syndicale bien connue, a décidé de la suspension d’activités et proposé à l’exclusion jusqu’au prochain congrès, la Fédération des agents publics de la communication et du travail (FAPCT), regroupant en son sein le Syndicat national des agents et personnels de l’audiovisuel public et le Syndicat des agents de l’administration du travail.

Selon le conseil confédéral extraordinaire de Dynamique unitaire, la suspension d’activités et la proposition d’exclusion sont conformes «aux articles 6, 16, 17 et 31 des statuts de la confédération syndicale Dynamique unitaire». Toutefois, la FAPCT peut faire appel de dette décision devant le congrès confédéral conformément aux statuts et règlement intérieur.

En effet, il est reproché aux membres de la FAPCT, le non-respect de la décision n°001 du conseil confédéral extraordinaire du 9 janvier 2017 déclinant la participation de Dynamique unitaire et ses composantes au dialogue politique initié par Ali Bongo pour non-respect des engagements antérieurs du gouvernement (États généraux de l’Education de 2010 ; Dialogue social d’Angondjé du 28 novembre 2014 au 16 janvier 2015) et l’arrestation «arbitraire» des leaders syndicaux (Jean Rémy Yama, Roger Ondo Abessolo, Cyrlin Mba Essiane, Dr Sylvie Nkogue Mbot).