A la veille des élections locales, le sénateur du Parti démocratique gabonais (PDG), Félicien Boudianzé, a été exclu, le 23 août 2018, par la Commission permanente de discipline de cette formation politique, pour «trahison et collusion» avec l’ennemi.

Guy Benjamin Donou, le président de la Commission de discipline du PDG, annonçant la santion de ses «Camarades». © Gabonreview

 

«Trahison et collusion», ce sont les termes utilisés par le président de la Commission de discipline du PDG, Guy Benjamin Donou, pour qualifier l’acte ayant conduit à l’exclusion de Félicien Boudianzé du Parti démocratique gabonais (PDG). Sénateur pour le compte du PDG dans le département de la Lolo-Bouéguidi, membre du Conseil national, ce dernier est accusé de trahison et de collusion avec l’ennemi.

Le PDG souligne qu’il «est reconnu coupable d’atteinte à l’unité du Parti démocratique gabonais et d’intelligence avec l’adversaire». Selon le président de la Commission de discipline du PDG, la sanction de ce sénateur repose sur les articles 92, 100 et 101 des Statuts et règlement intérieur du PDG.

La Commission de discipline a également sanctionné deux autres militants de cette formation politique. En l’occurrence Hervé Patrick Nguémbé Diyombou et Mick Moubamba Moubemba Wonguo. Ces derniers ont écopé de blâmes pour «dénonciation calomnieuse» et «comportement contraire à la moralité politique».

Abordant par ailleurs les prochaines élections législatives et locales, la Commission de discipline a dit son engagement à faire respecter l’ordre et la discipline durant le processus. Dans ce sens, elle a invité les militants et cadres à s’approprier les principes et valeurs du parti, fondées sur la cohésion, la fidélité et la loyauté.