La mairie de Libreville vient d’inviter les transporteurs terrestres à retirer de la circulation les véhicules présentant un certain nombre de défaillances.

Face à la qualité moindre de la majorité des véhicules de transport à Libreville, l’Hôtel a décidé d’«assainir» le secteur, en faisant retirer de la circulation les véhicules présentant une certaines déficience. Une mesure qui vise à assurer le confort et la sécurité des usagers.

En effet, dans le cadre du lancement des activités de la Direction des Transports, «la mairie de Libreville, soucieuse de mettre en place un système cohérent des transports urbains basé sur le confort et la sécurité des passagers, invite les propriétaires des taxis suburbain, urbain, inter urbain, TM, et poids lourds, présentant un mauvais état sur les aspects suivants : mécanique, pneumatique, couleur, qualité des siège et portières, à les retirer de la circulation», indique un communiqué publié le 28 février.

Selon le texte, «cette décision vient compléter l’exigence vestimentaire recommandée aux chauffeurs des taxis par la mairie de Libreville. La direction des Transports de l’Hôtel de ville de Libreville veillera au strict respect de la présente mesure qui ne doit souffrir d’aucune négligence».

Une mesure salutaire pour le secteur d’autant que la précarité de certains véhicules de transports inquiète franchement à Libreville. Mais face à l’absence d’une offre qualitative et quantitative, les populations n’ont pas souvent d’autres choix que d’emprunter ces «cercueils» roulants. A cela s’ajoute la malpropreté chronique de certains chauffeurs de taxi.  Mais l’Hôtel de ville pourra-t-elle faire appliquer cette décision sans état d’âme, sans corruption et sans parti pris ? Affaire à suivre.