Si Veolia a enregistré une accélération de sa croissance au premier trimestre 2018, le groupe a cependant classé le Gabon dans les «activités non classés».

Veolia fait de bonnes affaires au premier trimestre 2018 malgré le reclassement du Gabon en «activités non poursuivies». © D.R.

 

Veolia a classé le Gabon dans les «activités non poursuivies». Une décision découlant de la réquisition de sa filiale locale, la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), par le gouvernement, et pour laquelle Veolia a demandé une conciliation internationale auprès du Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI). Le tribunal de conciliation «va se mettre en place d’ici la fin du mois de mai et aura trois mois pour concilier», a déclaré le Président-directeur-général (PDG). «Faute de quoi une procédure d’arbitrage débutera», a annoncé Antoine Frérot.

Ce dernier s’est exprimé dans le cadre de la publication des résultats du groupe au premier trimestre 2018, le 3 mai à Paris. Le groupe a vu son chiffre d’affaires progresser de 3,7% à 6.419 millions d’euros (soit 3 512 491 milliards de Francs CFA) au cours des trois premiers mois de 2018, la hausse de ses ventes atteignant 7,0% à change constant, après plus 6,3% au quatrième trimestre 2017. Pour l’ensemble du groupe, l’activité est tirée par les déchets et l’énergie, tandis que l’eau reste à la traîne.

«Les nouvelles activités de Veolia (…) sont les fers de lance de notre croissance», a déclaré Antoine Frérot. Veolia a enregistré en fin mars un bénéfice net courant en hausse de 25,7%, à 193 millions d’euros. Au premier trimestre, Veolia a réalisé 70 millions d’euros d’économies.