Au ralenti depuis 2017, la vente de véhicules neuf devrait s’accélérer sur la période 2019-2027. Toutefois, cette croissance sera freinée par «la démographie et les tensions budgétaires», a estimé Fitch Solutions dans un rapport publié le 30 octobre.

Les équipes de Fitch Solutions se montrent assez optimistes sur le marché des véhicules neufs sur la période 2019-2027 au Gabon. © twimg.com

 

Spécialisée dans la fourniture de solutions de crédit et de macro-information, Fitch Solutions s’est penché sur les perspectives du marché de l’automobile au Gabon. Dans un rapport publié le 30 octobre, la filiale de l’agence de notation Fitch a soutenu que la vente de véhicules neufs retrouvera des couleurs à partir de 2019, mais que «la démographie et les tensions budgétaires limiteront la demande».

Ce, en dépit de la hausse des prix du pétrole et la reprise du secteur pétrolier, qui stimuleront l’économie en général. «Nous croyons que la réduction des dépenses du secteur public en 2019 augmentera la pression sur le marché des véhicules neufs du pays et ralentira la croissance des ventes de véhicules neufs, car le gouvernement demeure l’un des principaux moteurs des ventes de véhicules neufs», a estimé Fitch Solutions.

Toutefois, l’agence s’attend à ce que le secteur automobile continue de générer une croissance stable à mesure que les prix du pétrole augmentent et que les consommateurs commencent à accroitre leurs dépenses. Cela dit, les compressions des dépenses publiques  conjuguées à la persistance d’une forte inégalité des revenus  limiteront considérablement le potentiel de croissance du secteur de l’automobile du pays au cours de la période de prévision 2019-2027.

 «Par conséquent, nous prévoyons que les ventes totales de véhicules augmenteront de 4,5 % en 2019 et qu’elles continueront de croître en moyenne de 7,3 % par année, pendant le reste de la période de prévision 2019-2027», a souligné Fitch Solutions. Un moindre mal pour le secteur. En 2017, le nombre de véhicules neufs vendus a chuté de 32 %, soit 2260 unités, contre 3292 en 2016.

L’agence a indiqué cependant que la prévision de croissance dès 2019 provient d’une base faible, puisque les ventes annuelles demeureront inférieures à 12 000 unités par année, d’ici la fin de la période de prévision. En effet, le marché de la vente de véhicules neufs ne représente qu’une petite partie du secteur automobile dans le pays. La majorité du commerce de véhicules se fait sur le marché de l’automobile d’occasion, maintenant le marché de l’automobile neuve à un niveau relativement bas.