En froid ces derniers mois avec l’exécutif du parti, dont il a quasiment été éjecté récemment, Olivier Koumba Mboumba songerait-il à créer sa propre aile de l’Union du peuple gabonais (UPG) qui en compte plusieurs depuis la mort de Pierre Mamboundou ?

Olivier Koumba Mboumba, ancien SG de l’UPG. © D.R.

 

Une nouvelle aile serait-elle en train de voir le jour au sein de l’UPG, avec pour chef de file Olivier Koumba Mboumba ? Si rien n’est encore officiel, il reste que le parti politique créé par Pierre Mamboundou est, une fois de plus, secoué par des querelles intestines. Récemment, le conflit opposant l’ancien ministre délégué à la Culture et Mathieu Mboumba Nziengui a éclaté au grand jour, au point que le président de l’UPG a décidé de dessaisir son collaborateur de la fonction de secrétaire général du parti. L’ancien ministre délégué occupe depuis le 6 octobre le poste de secrétaire politique, chargé de la Culture et de l’Environnement. Sur sa page Facebook, l’intéressé a refusé de reconnaître ce «réaménagement» du bureau exécutif. «Aussi longtemps que les textes ne seront pas respectés, je me considère toujours comme le secrétaire général de l’UPG», a-t-il indiqué, annonçant qu’il saisira le commissaire général à l’éthique, à la discipline et à la solidarité.

Au sein du parti, certains n’hésitent plus à présenter cette rétrogradation comme une punition, quand d’autres, inquiets, y voient une raison offerte à l’ancien SG de quitter le parti pour en former un autre, comme cela s’est déjà vu à l’UPG. Mathieu Mboumba Nziengui, a rapporté le quotidien L’Union le week-end écoulé, «ne supportait plus son attitude anti-militante et ses déclarations intempestives et désobligeantes». Olivier Koumba Mboumba ne se sentirait-il plus bien à l’UPG plus d’une décennie après l’avoir intégrée ? Il est permis d’en douter. Seulement, il convient de rappeler, aux dires de certains dans le bureau exécutif du parti, que l’ancien SG avait pris trop de libertés ces derniers temps. Mathieu Mboumba Nziengui ne lui aurait d’ailleurs jamais pardonné son entrée dans le gouvernement Issoze Ngondet 1. L’ancien SG n’aurait pas consulté le parti à l’époque.

Bien avant sa sortie du gouvernement, les rapports d’Olivier Koumba Mboumba et son parti n’étaient plus les mêmes. Ils se seraient dégradés. L’ancien SG, dit-on, ne daignerait même plus participer aux activités du parti qui a fêté ses 28 ans en 2017. Il bouderait également le fait que le président du parti se soit unilatéralement déclaré candidat à Ndendé pour les prochaines législatives. Franchira-t-il le rubicon, en créant son aile à l’exemple d’autres anciens cadres de l’UPG, tels que Jean de Dieu Moukagni-Iwangou et Bruno Ben Moubamba ? L’éventualité de ce nouveau départ est désormais envisagée. L’UPG en est que trop habitué. Le parti de Pierre Mamboundou poursuit inexorablement son déclin.