Bangui, capitale de la République de Centrafrique accueillera, du 6 au 10 juin courant, la 42e réunion ministérielle du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC).

La 41e réunion de l’UNSAC, en novembre 2015 à Libreville. © D.R.

La 41e réunion de l’UNSAC, en novembre 2015 à Libreville. © D.R.

 

Prévue pour s’étaler sur quatre jours, la 42e  réunion du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC) promet de ne laisser aucun sujet en marge.

Selon  ses organisateurs, les travaux  débuteront le 6 juin, avec un tour d’horizon des experts sur  des dossiers sécuritaires de la sous-région : piraterie maritime dans le Golfe de Guinée, prolifération des armes légères et de petit calibre, phénomène du braconnage et du trafic illicite des espèces sauvages, tensions électorales, trafic des drogues, criminalité transnationale organisée, groupes armés et terroristes. La lutte  contre Boko Haram et l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) feront également partie des points qui mobiliseront l’attention des participants.

La Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) présentera à son tour, une revue permettant d’avoir une idée générale sur ces questions. Au-delà des derniers développements politiques, institutionnels et humani­taires dans la sous-région, l’exposé mettra en lumière les enjeux liés à la gouvernance, aux droits de l’homme, à la sécurité intérieure et transfrontalière.  A cet effet, un expert de la CEEAC proposera aussi un état de la situation géopolitique dans les onze pays membres (Angola, Burundi, Cameroun, République centrafricaine, Congo, République démocratique du Congo, Gabon, Guinée équatoriale, Rwanda, Sao Tomé et Principe, Tchad).

Les experts adopteront, à l’issue de leurs réflexions et discussions, un rapport qui sera soumis à l’appréciation des Chefs de délégations lors de la session ministérielle. L’ouverture officielle de ladite session est prévue le 9 juin, en présence du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique centrale, Chef de l’UNOCA, M. Abdoulaye Bathily, qui lira le message de circonstance de M. Ban Ki-moon. Un nouveau bureau du Comité sera mis en place à cette occasion. Selon les usages, la présidence tournante, actuellement assurée par le ministre gabonais des Affaires étrangères, sera confiée à son homologue centrafricain pour six mois. Ce sera alors la deuxième fois que la RCA assumera cette responsabilité depuis que l’UNOCA est chargé du Secrétariat de l’UNSAC. Elle en avait déjà pris les commandes à l’issue de la 33e réunion tenue du 5 au 9 décembre 2011 à Bangui. C’est au cours de cette session historique  que les États membres avaient adopté «la Déclaration sur une feuille de route pour la lutte contre le terrorisme et la non-prolifération des armes en Afrique centrale». Le suivi de la mise en œuvre de cette Déclaration a abouti au développement puis à l’adoption d’une stratégie régionale de lutte contre le terrorisme et la prolifération des armes légères et de petit calibre en Afrique centrale. Ce processus a été conclu en novembre 2015 à Libreville (Gabon) lors de la 41e réunion du Comité.

Mis en place le 28 mai 1992 par l’ONU (à la demande de la CEEAC), l’UNSAC a pour mission de promouvoir la limitation des armements, le désarmement, la non-prolifération et le développement en Afrique centrale. Il mène également des activités de reconstruction et de renforcement de la confiance entre les États membres. A cet égard, le Chef de l’UNOCA  dont l’organe assure  le Secrétariat dudit Comité depuis mai 2011, a pris les mesures habituelles pour apporter l’appui nécessaire au pays hôte afin de garantir le succès des travaux. Par ailleurs, il  réaffirme son soutien aux efforts que ces Etats déploient afin d’atténuer les tensions et les conflits, de favoriser la paix, la stabilité et le développement durables dans la sous-région.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga