Le Président du Groupe, Tony Elumelu, reconfirme le réseau africain comme une priorité stratégique et promet davantage de capitaux pour l’expansion africaine.

De la gauche vers le droite : le DG du groupe, Phillips Oduoza, le président du groupe, Tony O. Elumelu, et le secrétaire général du groupe, Bili Odum. © D.R.

De la gauche vers le droite : le DG du groupe, Phillips Oduoza, le président du groupe, Tony O. Elumelu, et le secrétaire général du groupe, Bili Odum. © D.R.

 

United Bank for Africa (UBA) a récemment tenu son premier forum des dirigeants du groupe, ce qui reflète l’importance stratégique et le potentiel de croissance des opérations panafricaines du groupe. Le président du groupe UBA, Tony O. Elumelu, a convoqué ce forum pour revoir la croissance impressionnante du réseau africain du groupe au cours des 11 dernières années et fournir une plateforme pour réaffirmer ses objectifs stratégiques et encourager leur réalisation.

Le Forum a réuni 90 participants, notamment tous les membres du Conseil d’administration de UBA, tous les présidents et directeurs généraux des filiales de UBA en Afrique et au Royaume–Uni. Il a été programmé pour coïncider avec l’assemblée générale annuelle et la réunion du Conseil d’administration du Groupe UBA. «Nous sommes une banque unique, United Bank for Africa », a déclaré M. Elumelu, lors de l’ouverture du forum. « Rassembler les compétences Dirigeants à travers le continent et celles des leaders distingués qui président nos Filiales est une puissante démonstration de notre engagement qui vise à construire une Banque de choix pour l’Afrique ».

« En tant qu’investisseurs à long terme et pionniers dans le secteur panafricain de banque commerciale et d’investissement, nous sommes profondément attachés aux marchés sur lesquels nous opérons et nous nous engageons à exploiter le potentiel que représente l’économie africaine dans son ensemble. Notre intention est d’être leader du secteur financier en Afrique, comme le prouve nos transactions récentes. Nous réalisons le potentiel de l’Afrique » a déclaré M. Elumelu.

Des filiales de UBA sont implantées dans 18 pays africains, et contribuent désormais 25% des revenus d’exploitation du Groupe. UBA est de plus en plus reconnue comme une marque panafricaine forte et est félicitée pour la démocratisation des services bancaires dans les filiales où elle opère, tout en participant dans les plus grandes transactions financières, notamment :

  • Une facilité de 315 millions de dollars au Gouvernement du Ghana destiné aux projets de construction de routes à péage dont les taxes domiciliés dans les livres de UBA Ghana ;
  • Une facilité de prépaiement de Pétrole Brut à hauteur de 250 millions de dollars à la société Orion Oil, sise en République Démocratique du Congo, ce qui représente la plus importante transaction structurée déclarée par une banque d’investissement africaine en 2015, impliquant de nouveaux capitaux sur le marché africain.
  • Un accord de financement du pétrole et du gaz à hauteur de 234 millions d’Euros avec la Société Africaine de Raffinage (SAR) du Sénégal ;
  • Une facilité de180 millions de dollars à la société Delta Energy de Zambie, destinée à l’achat et à la fourniture de produits pétroliers à des entreprises de marketing en Zambie ;
  • Un projet de construction de cité résidentielle à l’Université de Dakar à hauteur de 90millions de dollars, exclusivement financé par UBA Sénégal – du capital africain – pour la construction d’infrastructure pour le secteur éducatif africain ;
  • Un financement du pétrole de 1, 2 milliard avec les sociétés NNPC et Chevron accordé par UBA à Chevron et NNPC pour le développement de 36 nouveaux puits de pétrole qui serviront à d’accroître considérablement la capacité de production du pétrole du Nigéria.

« Nous en avons beaucoup fait, mais à bien des égards, nous ne faisons que commencer à récolter les fruits de notre réseau et potentiel. Nous sommes une institution véritablement panafricaine et après une période de consolidation, nous savons que l’expansion continue de notre empreinte en Afrique constitue un objectif clé. Nous devons nous assurer que nous disposons d’une présence dans au moins 25 pays dans le court et le moyen terme, à commencer par les zones de l’UMOA et de la CEMAC », a déclaré M. Fogan Sossah, président de UBA Sénégal, lors du Forum.

En accord avec l’objectif de création d’une institution digne de la fidélité des clients, de la confiance des organismes de régulation et des gouvernements, le Forum de trois jours a porté sur les questions critiques et les moteurs de succès à travers le continent. Des séminaires ont été organisés sur la gouvernance d’entreprise, l’institutionnalisation de la culture d’entreprise, l’efficacité du Conseil d’administration, la conformité, la responsabilité, etc.

S’exprimant sur l’étendue et la consistance des séances individuelles du Forum, Mme Gisèle Mudiay, Présidente de UBA République Démocratique du Congo a déclaré: « Notre aspiration pour les cinq prochaines années est de mettre en commun les connaissances de nos différents environnements opérationnels et tirer profit de ces connaissances pour aider nos clients à réaliser les objectifs de leurs entreprises »

Notant les difficultés inhérentes aux divers environnements économiques à travers le continent africain, M. Ekoto Mukete, Président de UBA Cameroun, a déclaré: « Bien que nous évoluions dans un environnement opérationnel difficile, nous nous évaluons par rapport aux normes mondiales, ce qui signifie que nous sommes en mesure de créer une valeur réelle à nos parties prenantes. Ce Forum a veillé à ce que nous soyons une armée unique, travaillant dans chaque coin de l’Afrique pour atteindre un but commun ».

L’approbation de l’injection de capitaux supplémentaires dans les filiales d’Afrique de l’Est, en Ouganda, au Kenya et en Tanzanie, a été annoncée lors du Forum, le Groupe a réaffirmé son engagement en faveur de l’expansion des opérations des filiales à travers le continent.

Dans ses commentaires sur l’importance de la consolidation de l’expertise financière panafricaine et l’exportationde la réussite du modèle nigérian, le DG du Groupe Désigné et ancien Directeur de UBA Africa, Kennedy Uzoka, adéclaré: « J’ai fait l’expérience du potentiel de nos filiales panafricaines. Je sais que nous le pouvons et je m’engage à garantir notre leadership à travers l’Afrique. Le Forum des Dirigeants du Groupe réaffirme l’ambition de UBA d’être le leader panafricain du secteur bancaire dans les principaux indices la valeur de marque, le capital humain, le service clientèle et la rentabilité ».

D’autres points à l’ordre du jour du forum comprennent les politiques sur la connaissance du client (KYC), le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT) et les normes de conformité à travers le groupe. Le directeur de la conformité du groupe, Uche Ike, a déclaré : « La conformité constitue un impératif non négociable. Nous opérons en tant qu’une banque internationale présente dans les centres internationaux. Nous avons vu comment des banques internationales et africaines ont rapidement perdu des réputations laborieusement forgées à cause du laxisme dans le respect des politiques et cela ne sera pas toléré pas au sein du Groupe UBA ».

Le Forum a coïncidé avec la 54e assemblée générale annuelle de UBA (où les participants ont également pu célébrer une solide performance financière de la Banque) pendant que les activités qui ont duré une semaine ont abouti à la célébration du personnel lors de la cérémonie annuelle de UBA CEO Awards.

UBA a publié des résultats financiers impressionnants en 2015 dans un environnement macroéconomique largement reconnu comme difficile. Les revenus bruts étaient de NGN 315 milliards tandis que le résultat d’exploitation s’élevait à près de NGN 70 milliards. Les opérations de UBA Africa contribuent actuellement environ 25% de ces résultats mais elles devraient croître de façon significative et contribuer autour de 50% au résultat global du Groupe.