Nommé ministre de l’Eau et de l’Energie dans le gouvernement Issoze Ngondet II, Patrick Eyogho Edzang, l’ancien trésorier général de l’Union nationale est exclu du parti.

L’ancien député de Bitam, Patrick Eyogho Edzang. © Gabonreview

 

Membre de l’Union nationale jusqu’à l’élection présidentielle d’août 2016, Patrick Eyogho Edzang vient d’être exclu de la formation politique de Zacharie Myboto et d’André Mba Obame.

L’exclusion de l’ancien député de Bitam est intervenue le 5 septembre, à travers une note signée du président Myboto et du secrétaire exécutif de l’Union nationale, Minault Maxime Zima Ebayard.

Cette décision évoque les statuts et règlements de ce parti, la saisine du Conseil de discipline et de mérite le 19 octobre 2016 et deux convocations à comparaitre devant le Conseil de discipline et du mérite, le 7 décembre 2016 et le 6 avril 2017.

Selon toute vraisemblance, Patrick Eyogho Edzang n’aurait pas daigné comparaitre à toutes ces convocations. Mais ce que le parti reproche surtout à son ancien trésorier général et actuel ministre de l’Eau et de l’Energie, c’est sa participation au dialogue politique d’Angondjé convoqué par Ali Bongo, même si l’intéressé affirme y être allé à titre personnel.

En prenant cette décision, l’Union nationale voulait sans doute rester dans sa logique de ne participer ni au dialogue politique, ni à un gouvernement d’ouverture avec Ali Bongo. Membre influent de la coalition pour la nouvelle république, constituée autour de Jean Ping, l’Union nationale s’est donc résolue d’exclure Patrick Eyogho de ses rangs. Il y a quelques mois, le parti l’avait déjà démis de ses fonctions de trésorier général, pour avoir pris part au dialogue politique d’Angondjé.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga