La liste des agences créées au Gabon pour soutenir les ministères dans plusieurs domaines techniques et opérationnels est loin de se clore.  Le Conseil des ministres du 18 septembre dernier a adopté un projet de décret fixant les statuts de l’Agence de collecte et de commercialisation des produits agricoles (ACCOPA).

© bioalaune.com

© bioalaune.com

Décidé à assurer au Gabon une autonomisation et une sécurité alimentaire pour le déficit desquels plus de 300 milliards de francs CFA sont dépensés chaque année en importation de produits alimentaires, le gouvernement vient de prendre par les cornes le «taureau de la dépendance alimentaire», à travers la mise en place d’une structure opérationnelle dont la mission est de permettre au «Gabon de nourrir convenablement sa population».

En effet, le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage, et de la Pêche a présenté au Conseil des ministres, qui l’a adopté, le projet de décret fixant les statuts de l’Agence de collecte et de commercialisation des produits agricoles (ACCOPA). Cette nouvelle entité «est un organisme créé par l’État, pour permettre à notre pays de réduire son indépendance extérieure, en favorisant la promotion et la consommation des produits locaux, à moindre coût et ainsi accessibles au plus grand nombre», explique le communiqué final du conseil des ministres.

Ainsi, l’ACCOPA a pour objectifs de réduire de manière progressive et significative les importations des produits agricoles ; garantir la sécurité alimentaire au niveau national par la couverture maximale des besoins alimentaires ; contribuer à l’amélioration du PIB du secteur agricole. Mais également d’implanter, dans les zones de production et les centres de consommation, les infrastructures et les équipements de commercialisation des produits agricoles ; structurer et organiser la chaine de valeur de la filière ; repenser de manière intelligente les possibilités et les mécanismes d’importation des denrées alimentaires via les programmes de coopération et d’intégration régionale ou sous-régionale; promouvoir au niveau national la commercialisation des produits agricoles transformés ou semi-transformés.