La première étape de la Tropicale Amissa Bongo 2017 a été courue, ce lundi 27 février, entre Moanda et Akieni, sur 150 km. L’Espagnol Aristi Gardoki Mikel de l’équipe Delko Marseille Procence l’a remporté devant Hurel Tony de Direct Energie et Bazhkou Stanilau de MCC.

Mikel Aristi, le 27 février 2017 à Akiéni. © tropicaleamissabongo.com

 

Courrue ce lundi 27 février, sur 150 km vallonnés, la première étape de la Tropicale Amissa Bongo 2017 a enregistré la participation de cinq équipes professionnelles et neuf sélections nationales africaines, le Gabon – pays hôte – s’étant désisté à la dernière minute.

Dès les premiers kilomètres, 4 coureurs – Selemun (Erythrée), Buru (Ethiopie), Mraouni (Maroc) et Nizeyimana (Rwanda) – prennent une échappée qui atteindra jusqu’à 1’15’’ d’avance. Au bout de 10 km, la première épreuve du meilleur grimpeur est remportée par Salaheddine Mraouni (Maroc). Le peloton reste cependant solidaire et travaille à revenir sur les 4 échappés qui commencent à perdre du temps au bout de 20 km. Ils sont rattrapés au km 34 et le peloton qui mène alors vive allure finit par se diviser en plusieurs groupes.

Après un sprint intermédiaire, le peloton laisse filer Elyas Afewerki (Erythrée) et Tesmegen Buru (Ethiopie). Ils sont rejoints sur un grimper par Salaheddine Mraouni (Maroc), mais pas pour longtemps. Un peu après le km 100, l’Éthiopien lâche prise et le Marocain reste seul en tête, tandis que, derrière, l’équipe Delko Marseille Provence KTM mène le peloton. L’Érythréen Elyas Afewerki fini par lâcher prise à 30 Km de l’arrivée, il devance alors le peloton de 3’14’’ avant de décliner à 20 km de l’arrivée. À 14 km de l’arrivée, il est repris par le peloton. Thomas Voeckler tente de sortir tout seul, mais les coureurs de Delko Marseille Provence KTM le contrôlent jusqu’aux derniers km, au profit de leur sprinter Espagnol, Mikel Aristi, qui s’impose devant le Français Tony Hurel (Direct Energie)

L’homme du jour : Mikel Aristi

Coureur de 23 ans, Mikel Aristi est le deuxième espagnol à remporter une étape sur la Tropicale Amissa Bongo après Luis Leon Sanchez en  2014. Son palmarès est éloquent. Du haut de son 1.80 m sur 74 kg, ce coureur originaire du Pays basque espagnol a un palmarès qui promet : En 2014, il était

5è de la Côte Picarde ; en 2015, 4è de la 2è étape du Tour de l’Alentejo (Castelo de Vide-Mora) et cette année, un peu avant la Tropicale, il était 6è du GP de la Côte des Etrusques