Maître-Assistant Cames Géomatériaux, le Dr Jean Eudes Boulingui promeut la valorisation de la géologie à travers sa vulgarisation dans les lycées et collèges. Dans cette tribune libre, il interpelle les gouvernants sur la prise en compte effective de la géologie dans le corpus des enseignements des Sciences de la Vie et de la Terre (SVT) dans les lycées et collèges du Gabon. Une prise en compte aléatoire de cette discipline, comme c’est le cas actuellement, ne prédispose pas à la formation d’une élite scientifique dans ce domaine, pour un pays riche en ressources minières.

© D.R.

 

«Valorisation de la Géologie et des Sciences géologiques en phase avec le Répertoire des Matières Premières Minérales des Ressources du Sol et du Sous-sol gabonais dans les Enseignements des Sciences de la Vie et de la Terre des Etablissements Secondaires (Privés et Publics) du Gabon».

Nous sommes des praticiens et pratiquons pour les besoins de la société. Me cacher dans mes tromperies ne m’aidera pas à aider ceux qui ne savent pas qu’ils ont besoin de mon aide. Comme le disait Marcel Roubault en 1966, fondateur de l’Ecole Nationale Supérieure de Géologie (ENSG) lors de son allocution de président de la Société Géologique de France je cite «j’ai toujours pensé que verser des larmes sur le passé était inutile et qu’il fallait surtout dans la vie s’efforcer de bâtir».

La géologie au regard de l’ensemble des besoins exprimés par l’humanité, est la reconstitution de l’histoire de la matière, donc peut être définie comme étant la partie des sciences qui interpelle l’homme dans toutes ses pratiques, son existence, son être, son milieu, son subconscient, sa conscience, son néant.

En somme, la géologie à mon sens, peut être considérée comme le carrefour de toutes les sciences existentielles (exactes ou expérimentales) et les sciences géologiques qui l’aident à comprendre et mettre en pratique ses méandres. Les matières premières minérales du sol et du sous-sol gabonais sont inestimables et la quasi-totalité mérite un inventaire adéquat qui demande une main d’œuvre qualifiée et conséquente. Le Pétrole, l’Uranium et le Manganèse longtemps exploitées au Gabon participent de manière efficace et utile dans la constitution du budget de l’Etat gabonais et la valeur marchande est malheureusement liée à un cours mondial. Pour preuve, la baisse des prix du baril de pétrole en fait les frais.

Le manque des professionnels et spécialistes géologues gabonais fait oublier les autres matières premières minérales du sous-sol gabonais occasionnant la réduction de l’économie gabonaise au seul espoir de la hausse des prix du baril de pétrole pour retrouver son souffle, sinon penser à diversifier son économie vers d’autres horizons sortant même du cadre le plus noble (les matières premières minérales).

Au Gabon, outre le pétrole, l’uranium et le manganèse, d’autres matières premières encore moins polluantes du groupe des minéraux industriels qui ne sont pas conditionné par le cours mondial ou alors de manière très exceptionnelle, mais à des valeurs d’usage spécifique de l’industrie utilisatrice et des contraintes du marché local sont déjà abordées par Boulingui (2015) dans l’inventaire des ressources en argiles du Gabon et leurs utilisations conventionnelles ou non dans les régions de Libreville et de Tchibanga.

Ce premier travail a consisté à valoriser le talc de Tchibanga et les argiles de Libreville pour les biens des services en produits des terres crues et terres cuites et des réfractaires. Le travail pionnier cité ci-dessus comme bien d’autres à venir demandent et recommandent une prise de conscience dans toutes les couches sociales gabonaises et le système éducatif en particulier pour le transfert des connaissances et les formations des formateurs dans les universités et grandes écoles du Gabon.

La campagne de vulgarisation de la Géologie et de ses sciences connexes interpelle la tutelle du Ministère en charge de l’Education Nationale au Gabon pour considérer la revalorisation des plans des formations dans les filières des Sciences de la Vie et de la Terre afin de réhabiliter à la géologie sa place de choix dans l’ensemble du parcours des lycées et collèges des établissements publics et privés du système éducatif gabonais.

Dr Jean – Eudes BOULINGUI, Maître-Assistant CAMES Géomatériaux

Enseignant – Chercheur Géologue, Ecole Normale Supérieure de Libreville, Gabon

Département Sciences de la Vie et de la Terre