Engins vétustes, accaparement des chantiers par l’ANGT, récession économique, les unités provinciales des Travaux publics (TP) sont à l’arrêt depuis des années. Le gouvernement multiplie les promesses.

© Gabonreview

 

Lors de son passage sur la matinale de Radio Gabon en octobre 2015, Jean-Pierre Oyiba, déjà ministre en charge des Travaux publics, avait reconnu sa responsabilité dans le fait que les unités provinciales des TP soient longtemps restées inactives. «C’est le fait d’une politique que nous avons menée et des habitudes que nous avons eues, qui sont malheureusement dangereuses et négatives pour notre pays», avait-il justifié, tout en promettant une reprise «imminente» des services de ces démembrements.

Deux ans après, le constat est le même. Rien n’a changé. La crise économique aidant, les capacités d’actions des directions provinciales se sont considérablement réduites, au point d’en devenir presqu’inexistantes. En cause : des engins vétustes et mal entretenus cloués au sol depuis des années, ainsi qu’un budget jugé insuffisant pour les missions d’entretien des routes départementales. Mieux, tout semble avoir été légué à l’Agence nationale des grands travaux d’infrastructures (ANGTI), une des plus budgétivores, dont les résultats sur le terrain ne sont pas forcément probants.

Pourtant, au ministère des Infrastructures, des Travaux publics et de l’Aménagement du territoire on semble vouloir y croire à nouveau. En témoigne la tournée récemment initiée par le ministre délégué Anicet Mboumbou Miyakou dans les provinces de la Nyanga, du Moyen-Ogooué et de la Ngounié. «Le chef de l’Etat nous a instruits d’aller à l’intérieur du pays, pour recenser les maux qui minent le fonctionnement de notre administration. Nous allons faire un état des lieux, regarder ensemble ce qui manque réellement dans chacune de nos directions provinciales et nous adresser à qui de droit pour que les Travaux publics soient opérationnels sur le terrain», a indiqué le ministre délégué aux TP aux agents de Tchibanga, Mouila et Lambaréné. Espérons que ces nouvelles promesses se matérialisent enfin.