Moins d’un mois après sa nomination, le ministre du Travail envisage de faire appliquer la loi en la matière, aussi bien pour les nationaux que pour les étrangers. Il multiplie des rappels à l’ordre.

Arnauld Engandji, annonce des “brigades-emploi” pour juillet 2018. © D.R.

 

Arrivé il y a moins d’un moins à la tête du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Jeunesse, chargé de la Formation professionnelle, Arnauld Calixte Engandji-Alandji impose déjà sa marque. Il veut en finir avec le désordre ambiant et tient à l’application stricte des dispositions légales et règlementaires en matière de travail et d’emploi au Gabon. Sa principale cible : les patrons d’entreprises privées. Ces derniers jours, le ministre n’a pas cessé de les rappeler à l’ordre à travers de circulaires et des communiqués.

Dans une circulaire datée du 18 mai, le membre du gouvernement déplorait déjà «de nombreux dysfonctionnements en matière d’application de la législation du travail, notamment dans le domaine spécifique de la relation contractuelle» au sein de plusieurs entreprises implantées sur le territoire national. Arnauld Calixte Engandji-Alandji estime qu’il faut en finir, pour le bien des employés. Les employeurs ont été priés de fournir dans les plus brefs délais à la direction générale du Travail un certain nombre d’informations sur leurs différents salariés, liées aussi bien aux contrats qui les lient à leur entreprise qu’à l’organigramme nominatif de la boîte. Il en va du «développement économique et (de) la préservation de la paix sociale dans notre pays», a indiqué le ministre dans sa circulaire, tout en annonçant «des contrôles» dans les différentes entreprises ayant fourni les informations demandées.

Le respect de la législation du travail, Arnauld Calixte Engandji-Alandji entend également l’imposer aux employeurs comptants dans leurs effectifs des travailleurs étrangers. Ils ont jusqu’au 9 juin prochain pour déposer sur sa table «les dossiers des travailleurs étrangers ayant obtenu une autorisation ou un renouvellement d’autorisation d’emploi avec impératif adjonction d’un homologue», précise un communiqué du ministre daté du 25 mai. S’il a tenu à rappeler aux employeurs le rôle de l’Office national de l’emploi (ONE) en matière de demande d’autorisation ou de renouvellement d’autorisation d’emploi, Arnauld Calixte Engandji-Alandji a, là aussi, annoncé que «des ‘‘brigades-emploi’’ se déploieront sur l’ensemble du territoire national à compter du 1er juillet 2018».

Ce même 1er juillet 2018, le ministre du Travail annonce également «des opérations de contrôles» dans tout le Gabon, qui concerneront, pour la première phase, les entreprises ou opérateurs économiques exerçant dans les secteurs du commerce, l’hôtellerie, la restauration et les métiers du bois. L’objectif est de vérifier les conditions de travail et d’emploi des salariés.