Le ministère des Transports et de la Logistique étudie depuis quelques mois la possibilité de prendre en charge le transport des élèves, pour en finir avec les retards de ces derniers, dus pour la plupart aux embouteillages sur le réseau routier de Libreville et ses environs.

Un taxi-bus faisant le plein à Libreville, en novembre 2015. © France24.com/Boursier Tchibinda.

 

En marge de sa réunion du jeudi 23 février avec le ministre de la Réforme de l’Etat sur le phénomène des embouteillages sur le réseau routier de la province de l’Estuaire, la ministre des Transports et de la Logistique s’est penché la question de transport scolaire. Une solution devrait être trouvée en vue d’améliorer les conditions de circulation des élèves à Libreville, Akanda et à Owendo. Selon Flavienne Mfoumou Ondo, une étude est actuellement menée par les services du ministère dont elle a la charge.

La ministre des Transports et de la Logistique, Flavienne Mfoumou Ondo, le 23 février 2017 à Libreville. © Gabonreview

Cette étude vise «beaucoup plus à réduire (l’impact des) embouteillages en matinée, en ce qui concerne le transport des élèves», a précisé la ministre, promettant de soumettre le fruit de ces réflexions au gouvernement bien assez tôt. A la suite de cette étude et de son adoption par le conseil des ministres, Flavienne Mfoumou Ondo envisage d’intégrer la question du transport des élèves de la capitale et de ses environs dans le projet de restructuration de la Société gabonaise de transport (Sogatra). «Nous verrons comment réaménager les horaires (des passages de bus), pour éviter les embouteillages et surtout les retards au lycée, à l’école et dans les lieux de travail pour les travailleurs que nous sommes», a-t-elle ajouté. Ces différentes solutions, espère le membre du gouvernement, peuvent permettre d’apaiser les tensions dans un secteur de l’éducation en ébullition, depuis plusieurs années, et davantage ces derniers mois.