Le ministre de l’Eau et de l’Energie a visité, le 19 octobre, l’usine de fabrication de transformateurs électriques de La Gabonaise d’Energie SA, située à 35 kilomètres de Libreville. L’occasion pour le responsable de l’entreprise gabonaise d’exprimer sa principale préoccupation : obtenir une plus grande part de marché sur le plan local.

Patrick Eyogo Edzang et Parfait Duffy Bibang sur le site de l’usine de fabrication de transformateurs électriques, le 19 octobre 2017 à Okolossi. © Gabonreview

 

Plans de la visite. Puis, Patrick Eyogo Edzang et Parfait Duffy Bibang face à la presse. © Gabonreview

Première entreprise sous-régionale dans la fabrication de transformateurs électriques, La Gabonaise d’Energie SA a reçu la visite du ministre de l’Eau et de l’Energie, le 19 octobre. Sur le site industriel localisé à Okolassi, à 35 kilomètres de Libreville, Patrick Eyogo Edzang a pu apprécier le savoir-faire local en matière de fabrication de transformateurs.

«J’ai répondu favorablement à l’invitation du directeur de la société La Gabonaise d’Energie SA pour visiter une usine gabonaise fabriquant des transformateurs de différentes capacités. Et je suis agréablement surpris du savoir-faire de cette structure», a déclaré le ministre de l’Eau et de l’Energie.

Le membre du gouvernement a encouragé cette initiative 100% gabonaise portée par Parfait Duffy Bibang, P-DG de La Gabonaise d’Energie. «Etant moi-même favorable à l’émergence des PME gabonaises sur les marchés que nous avons, j’encourage l’initiative gabonaise dans ce sens», a souligné Patrick Eyogo Edzang. «Les entreprises locales opérant dans l’eau et l’énergie doivent avoir une place de choix sur le marché local, en matière de sous-traitance ou dans le leadership de consortium», a-t-il poursuivi.

Une manière élégante de déplorer l’insignifiante part de marché attribuée à cette entreprise locale. D’autant que le savoir-faire de La Gabonaise d’Energie SA a fait école hors du pays. Créée en février 2014, la structure a notamment reçu trois prix à l’international, dont celui de la coopération Sud-sud au Forum Afrique Développement à Casablanca, en 2015. «Je n’ai pas connaissance d’un retour d’anomalie significative dans sa production», a affirmé le membre du gouvernement. Au-delà cette reconnaissance, somme toute logique, le patron de La Gabonaise d’Energie attend plus du gouvernement. Notamment en termes de parts de marché. «C’est difficile localement. Nous nous en sortons mieux à l’international, et c’est ce que nous décrions. Nous n’avons vraiment pas de parts réservées, si ce n’est le milieu pétrolier qui nous consulte en permanence. La SEEG est notre cinquième client. Et nous osons espérer que demain sera meilleur. Nous comptons sur les autorités pour une préférence nationale», a déclaré Parfait Duffy Bibang.

Le P-DG de La Gabonaise d’Energie a également souhaité un investissement accru de l’Etat en matière de formation dans son secteur d’activités. «Nous faisons beaucoup dans la formation et les techniciens que nous avons aujourd’hui ont été formés intérieurement à 80%. Ce n’est pas notre rôle de former, nous devons prendre des personnes opérationnelles. Mais nous donnons un coup de main à l’Etat», a-t-il déclaré.

La Gabonaise d’Energie fait partie du groupe EDF regroupant six entreprises. Elle fabrique des transformateurs de 50 KVA à 3000 KVA selon la norme européenne. Sa production annuelle est d’environ 1000 unités, avec une moyenne de trois par jour. La société compte 118 employés, majoritairement des Gabonais.