Pour mieux encadrer l’interopérabilité et l’interbancarité des paiements monétiques au sein de la Communauté économique et monétaire des Etats de L’Afrique centrale (Cemac), la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) a édicté une série de mesures, le 3 octobre.

Nouvelles règles de la Beac.© AFP

 

La Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) vient d’édicter des règles devant désormais régir l’interopérabilité et l’interbancarité des paiements monétiques au sein de la Communauté économique et monétaire des Etats de L’Afrique centrale (Cemac).

Selon la Beac, à compter du 1er décembre, «toutes les transactions et opérations interbancaires de paiement effectuées au sein de la Cemac, avec des cartes de paiement ou de porte-monnaie électronique émis par un établissement exerçant dans la Cemac, doivent être compensées et réglées en FCFA».

A en croire la Beac, toutes les opérations seront favorisées par un système ou une plateforme de paiement interopérable, opérant dans la Cemac et ayant la Beac pour banque ou agent de règlement. Il en est de même pour les transferts d’argent.

En outre, le compte de compensation ou d’opération, le compte de garantie ou le dépôt de garantie, qu’est tenu de constituer un émetteur d’instruments de paiement électronique installé dans la Cemac afin d’adhérer et participer aux échanges d’un réseau ou d’un système de paiement installé hors de la zone Cemac, doivent être constitués en francs CFA ou en Euro, et domiciliés à la Beac.

Et pour mettre en musique toutes ses mesures, la Beac a invité les émetteurs d’instruments de paiement électronique exerçant dans la Cemac à se conformer au plus tard le 31 décembre prochain à la nouvelle donne.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga