Quatre Gabonais ont été placés en garde à vue à Paris dans le cadre du démantèlement d’un réseau de trafic de tours Eiffel miniatures.

Trafic de tours Eiffel miniatures. © D.R

 

Quatre Gabonais soupçonnés d’entretenir un réseau de trafic de tours Eiffel miniatures ont été interpellés à Paris, puis placés en garde à vue. Ils seront jugés pour trafic illégal.

Selon Radio France internationale (RFI) qui relaie l’information, les quatre présumés trafiquants ont été filmés au cours d’une transaction, le temps d’une poignée de main, avec cinq grossistes chinois. «Le réseau opérait entre la Chine et la France via des intermédiaires gabonais dans la zone d’import-export asiatique d’Aubervilliers. Dans cette banlieue, les enquêteurs ont perquisitionné trois hangars de près de 150 mètres carrés chacun», indique RFI.

Au bout de deux mois d’enquête, le démantèlement a permis de saisir vingt tonnes de tours Eiffel miniatures destinées aux touristes. Un stock arrivé par containers, via la Belgique. Une saisie qui représente entre 500 000 et 800 000 euros de marchandises, l’équivalent de plus de 520 millions de francs CFA.

«Ces mini tours Eiffel, qui ne respectent pas les normes de fabrication européennes, étaient destinées pour une partie aux boutiques de souvenirs classiques, l’autre au marché parallèle. D’après la police, des compteuses à billets ont aussi été saisies et plus de 15 000 euros en liquide», précise RFI.