A l’occasion du récent Forum des fonds souverains des Etats membres de la Banque islamique de développement (BID), le Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS) a concrétisé des partenariats. Notamment avec la signature de deux conventions dans les domaines du tourisme et de l’énergie.

Phase de de la signature solennelle entre le directeur du FGIS et le représentant de l’Agence de développement touristique indonésienne. © Gabonreview

 

Faisant le bilan de la 4e édition du Forum des fonds souverains des Etats membres de la Banque islamique de développement (BID), organisée à Libreville les 9 et 10 mai derniers, le FGIS a annoncé ce 15 mai 2018 avoir concrétisé des partenariats par la signature de deux conventions.

La première a été passée avec l’Indonesia tourism development corporation (ITDC) dans le secteur du tourisme, tandis que le second l’a été avec la Banque de développement d’Afrique australe (DBSA) dans le domaine de l’énergie.

Selon le communiqué, le partenariat avec l’ITDC, société publique indonésienne spécialisée dans la promotion de la destination Indonésie, permettra à terme de lancer un programme urbain d’environ 1 000 hectares aux abords de l’Arboretum Raponda Walker. «Ce projet vise à positionner le Gabon comme une destination de référence en matière de tourisme durable et se veut générateur d’emplois», explique le texte, soulignant également que les premiers échanges entre le FGIS et l’ITDC se sont tenus lors de la 3e édition du Forum des fonds souverains des états membres de la BID, en 2017 à Bali.

Le contrat signé avec la DBSA, en groupement avec le fond d’investissement Meridiam, concerne un financement, à hauteur de 500.000 US dollars (près de 280 millions de Francs CFA), des dernières études techniques nécessaires au développement du projet de la centrale hydroélectrique de Kinguélé Aval. Celle-ci a potentiel d’environ 35 MW et sera construite sur la rivière M’Bei, en aval des deux centrales hydroélectriques existantes, Tchimbélé et Kinguélé, d’une capacité totale de 120 MW.

«Ce nouveau dispositif permettra de renforcer le Réseau interconnecté (Ric) de Libreville. Il vise à renforcer le pôle énergétique de la vallée de la M’Bei (dans la localité de Kango) afin de répondre à la demande croissante d’énergie», assure le FGIS. Dans le cadre du Plan stratégique Gabon émergent (PSGE), l’État gabonais s’est engagé à mettre à disposition des Gabonais une énergie à coût compétitif tout en portant la part de l’hydroélectricité à 80% d’ici à l’horizon 2025.

«Nous sommes heureux de pouvoir signer ces deux conventions qui donnent un nouvel élan dans la réalisation de nos projets urbains et énergétiques qui se veulent durables tout en cadrant avec les objectifs du Plan de relance de l’économie (PRE) gabonaise», a indiqué l’Administrateur-directeur général du FGIS, Serge Thierry Mickoto.

A noter que le FGIS a été créé en 2012 afin d’aider le Gabon à développer de nouvelles filières capables de générer suffisamment de revenus pour se substituer à ceux tirés de la production de pétrole.