Aperçu d’un réseau d’ingénierie touristique auquel le Gabon pourrait adhérer.

Le tourisme de demain discuté au premier forum de l'ingénierie touristique. © log.ma

Le tourisme de demain discuté au premier forum de l’ingénierie touristique. © log.ma

 

Initiative conjointe du Maroc, de la Tunisie, du Niger, de la Guinée et de la France, le réseau Afrique-Med a pour but de développer, sur le continent et dans le pourtour méditerranéen, un partenariat public/privé dans l’ingénierie touristique. Il s’agit de créer un espace de partage de savoir-faire et d’expertise pour un développement territorial cohérent et harmonieux.

Décrite comme grande et porteuse de prospérité, cette initiative part du constat selon lequel l’ingénierie touristique s’impose comme une nécessité pour faire face aux nouveaux besoins et attentes des voyageurs. «L’Afrique a toutes les potentialités nécessaires (pour) ( …) tirer profit de ses ressources et (…) saisir le potentiel de l’industrie mondiale du tourisme dont les flux pourraient atteindre plus de 1,2 milliard de touristes d’ici à 2030», a affirmé le ministre marocain du Tourisme, Lahcen Haddad. A ses yeux, l’ingénierie touristique est un outil indispensable à la planification, à l’aménagement ainsi qu’au développement intégré et durable des territoires.

Cependant, le recours et l’appropriation de cet instrument ne doivent pas être du seul ressort des organes nationaux. Les collectivités locales doivent y prendre toute leur part. Selon Lahcen Haddad, la concertation entre parties prenantes doit être formalisée à travers une démarche de gouvernance intégrée associant opérateurs touristiques et acteurs locaux. L’objectif est de promouvoir les règles de durabilité dans leur triple dimension, environnementale, sociale et économique. Concrètement, il faut parvenir à des projets économiquement viables, socialement équitables et écologiquement tolérables.