Le Gabon est annoncé à la 17ème édition de la course cycliste internationale Chantal Biya, prévue du 8 au 15 octobre au Cameroun. La participation gabonaise est pleine d’incertitudes, d’autant que le ministre des Sports, Nicole Assélé, avait décidé du retrait des équipes gabonaises aux compétitions internationales.

Un cycliste Gabonais lors des 8es jeux de la Francophonie à Abidjan. © L’Union / Sonapresse

 

Selon toute vraisemblance, l’équipe gabonaise de cyclisme devrait prendre part à la 17ème édition de la Course cycliste internationale Chantal Biya, prévue du 8 au 15 octobre 2017.

L’annonce a été faite le 16 août à Yaoundé par le président de la Fédération cycliste du Cameroun, Honoré Yossi, lors de la cérémonie de présentation de l’itinéraire de la compétition.

Selon le programme officiel, la course débutera le 11 octobre 2017 avec un prologue prévu à l’esplanade du stade omnisport de Yaoundé. Comme lors des éditions précédentes, la compétition se déroulera à quatre tours.

Le premier tour aura lieu le 12 octobre sur l’autoroute Yaounde-Ayos, longue de 125 kilomètres. Le deuxième tour aura lieu le 13 octobre, sur l’axe Yaounde-Ebolowa distant de 155,3 kilomètres. Le troisième tour débutera le 14 octobre sur l’axe Zoetele Ngolbang-Meyomessala long de 134 kilomètres. Quant au 4e tour, il aura lieu le 15 octobre sur l’axe Sangmelima-Yaoundé long de 165 km.

La compétition mettra en lice dix équipes d’Afrique et d’Europe. Les équipes d’Europe sont composées de Global Cycling (Hollande), La Défense (France), Auvergne (France), Blue Cycling (Belgique) et Banka Briska (Slovaquie).

Les équipes d’Afrique quant à elles sont constituées du Gabon, Côte d’Ivoire, Bénin, Burkina Faso, Ghana et de deux équipes du Cameroun.

Si la participation à la compétition de l’équipe gabonaise peut réjouir, l’on s’interroge tout de même sur l’effectivité de cette participation.

Le ministre des sports, Nicole Assélé, avait décidé de suspendre la participation des équipes gabonaises n’ayant pas respecté le format d’une préparation approprié.

Or, l’équipe du Gabon sort d’une longue léthargie depuis la dernière édition de la Tropicale Amissa Bongo. A cela s’ajoute la tension de trésorerie qui affecte d’une manière générale les différentes fédérations du mouvement sportif gabonais.

Ces mêmes raisons ont conduit le Gabon de se retirer des éliminatoires du Championnat d’Afrique des nations (Chan) prévu en 2018 au Kenya.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga