Total Gabon, l’un des premiers employeurs du pays est en passe de sombrer dans la grève. C’est du moins ce qui ressort des Assemblées générales des agents tenues récemment sur les sites et à la base de Port-Gentil.

Les activités de Total Gabon pourraient subir un coup dur dans les prochains jours. © D.R.

 

Les négociations entre direction générale de Total Gabon et les syndicats sont au point mort. C’est le constat fait par les Assemblées générales des agents tenues à la fois sur les sites et à Port-Gentil.

Ces réunions ont permis aux salariés de faire le bilan des négociations qui se sont déroulées entre mi-avril et début-mai avec la direction générale de Total Gabon. Aucune avancée n’a été réalisée et les employés envisagent de paralyser le fonctionnement de l’entreprise. Ils ont saisi le 5 juin, l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep) pour définir les modalités du dépôt d’un préavis de grève auprès de leur administration.

Pour le secrétaire générale par intérim de l’Onep, Sylvain Mayibi Binet, «les divergences observées dans l’examen de tous ces points les ont conduits à conclure à un manque de volonté de la part de la direction générale pour trouver un consensus. Les Assemblées générales décisives tenues sur les sites Cap Lopez, PG2, Anguille Marine, Torpille Marine et la base de Port-Gentil ont ainsi décidé d’aller vers la paralysie de l’activité afin de contraindre la direction à revoir son attitude».

Les négociations reposent sur neuf principaux points. Il s’agit entre autres du nouveau système de rémunération, la nouvelle entité juridique et l’indemnité de bonne séparation.

Pour le Groupement d’intérêt économique (GIE) devant remplacer Total Gabon, elle ne rencontre pas l’assentiment des travailleurs. Ces derniers sollicitent, en revanche, la mise en place d’un plan de départs négociés. Un plan qu’ils souhaitent permanent afin de permettre aux employés qui le souhaitent de partir le moment venu.

L’autre point de divergence concerne la mise en place du nouveau système de rémunération. Les salariés lui préfèrent l’ancien et insistent pour qu’il soit maintenu. Les salariés demandent par ailleurs qu’un autre bonus sur la vente du patrimoine de la société leur soit accordé. Ces doléances auraient été rejetées par la direction générale qui, du reste, refuse l’octroi d’une prime de performance aux employés.

C’est donc à l’unanimité que les cinq sites ont voté à 91,99% pour le dépôt d’un préavis de grève auprès de l’Onep.