Malgré un recul de son chiffre d’affaires, le résultat net de l’opérateur pétrolier et gazier s’est établi à 6 millions de dollars en 2016.

Le résultat net du Groupe Total au Gabon, s’est établi à 6 milliards de dollars en 2016. © Martin Bureau/AFP

 

Après l’annonce d’un chiffre d’affaires en 2016 s’élevant à 745 millions de dollars contre 842 millions de dollars en 2015, soit un recul de 11% que l’opérateur pétrolier et gazier avait justifié par la baisse du prix de vente moyen des bruts partiellement compensée par l’augmentation de 6% des volumes vendus liée au planning d’enlèvements, Total Gabon a établi, mardi 4 avril, son résultat net à 6 millions de dollars pour l’exercice 2016. Un résultat satisfaisant pour l’opérateur qui avait enregistré une perte de 28 millions de dollars en 2015, du fait de la baisse des coûts d’exploitation de 14% obtenue grâce au programme de réduction des coûts mis en place par la Société et de la comptabilisation de la cession du permis de Mboga à la République gabonaise.

En 2016, la part de production de pétrole brut (opérée et non opérée) liée aux participations de Total Gabon s’est élevée en 2016 à 47 400 barils par jour (b/j), comparé à 47 300 b/j en 2015. «Cette stabilité s’explique par une meilleure disponibilité des installations sur Anguille et Torpille et l’apport des opérations de reprise de puits sur Rabi Kounga qui compensent le déclin naturel des champs et la cession du permis de Mboga», explique Total Gabon. L’opérateur a su résister face à la baisse à 17% du prix moyen du Brent s’étant établi à 43,7 dollars par baril, contre 52,4 dollars par baril en 2015. «Le prix de vente moyen des deux qualités de pétrole brut commercialisées par Total Gabon (Mandji et Rabi Light) s’est élevé à 37,9 $/b, en baisse de 19% par rapport à 2015 (46,8$/b)», précise la Société.

S’agissant des investissements consentis par Total Gabon en 2016, ceux-ci s’élèvent à 158 millions de dollars. Ils sont en baisse de 42% par rapport à 2015 (271 milliards) et incluent principalement la campagne de forage sur le champ de Gonelle (puits GNM020 et GNM021), les travaux d’intégrité/pérennité sur les installations offshore (Anguille, Torpille et Grondin) et onshore (terminal du Cap Lopez) ainsi que des opérations de reprise de puits sur Rabi Kounga.