Avec des performances encourageantes au 3e trimestre 2018, Total Gabon confirme son embellie entrevue sur les neuf premiers mois de l’année. La compagnie pétrolière a notamment réalisé un résultat net de 208 millions de dollars, en forte hausse par rapport au 2e trimestre 2018.

Total Gabon affiche de belles performances au 3 e trimestre 2018 avec une bénéfice de 257 millions de dollars, soit 147 milliards de francs CFA, en hausse de +11% par rapport au 2e trimestre 2018. © D.R.

 

Total Gabon a conforté son regain de forme amorcée en début d’année, comme le montrent ses résultats du 3e trimestre publiés le 16 novembre. Sur cette période, la société pétrolière a réalisé un résultat net de 208 millions de dollars, en forte hausse par rapport au 2e trimestre 2018, «principalement en raison de la cession de l’intérêt dans le champ de Rabi-Kounga et de la hausse de la production».

Tiré par la «hausse des volumes», le chiffre d’affaires a atteint 257 millions de dollars au 3e trimestre. Soit une augmentation de 11% par rapport 2017 à la même période. Des performances tirées par la part de production de pétrole brut (opérée et non opérée) liée aux participations de Total Gabon. Celle-ci s’est élevée à 39 400 barils par jour au 3e trimestre 2018, en hausse de 13% par rapport au 2e trimestre 2018.

Toutefois, le flux de trésorerie d’exploitation a accusé le coup au 3e trimestre 2018, se chiffrant à 54 millions de dollars. Total Gabon relève une importante baisse par rapport au 3e trimestre 2017, en raison de  «l’augmentation du besoin en fonds de roulement liée au programme d’enlèvements».

Cette baisse s’observe aussi au niveau des investissements pétroliers. Ceux-ci se sont élevés à 87 millions de dollars au 3e trimestre 2018, en baisse de -10% par rapport au deuxième trimestre 2018. Selon la compagnie pétrolière, ces investissements comprennent «une campagne d’intervention puits à terre, des travaux d’intégrité/pérennité sur les installations en mer (Anguille, Torpille et Grondin) et à terre (terminal du Cap Lopez) ainsi que des études de géosciences et de développement».