Ce thème générique, retenu par la communauté internationale pour commémorer la semaine nationale de l’environnement 2016, invite chacun à prendre ses responsabilités afin de lutter contre l’exploitation illégale des ressources fauniques et floristiques.

Un bon nombre des activités de la semaine nationale de l’environnement se déroulent au ministère la Protection de l’environnement et des Ressources naturelles. © Gabonreview

Un bon nombre des activités de la semaine nationale de l’environnement se déroulent au ministère la Protection de l’environnement et des Ressources naturelles. © Gabonreview

 

Se basant sur le thème générique de la «Tolérance zéro contre le commerce illégal de la faune et de la flore sauvages» et avec la participation des organisations internationales tel que l’United nations environnement programme (UNEP), le ministère de Protection de l’environnement et des Ressources naturelles, de la Forêt et de la Mer, par l’entremise de son premier responsable, Mme Flore Mistoul, a procédé, le 30 mai courant, au lancement des activités de la Semaine nationale de l’environnement 2016. Celle-ci se tient du 30 mai au 5 juin prochain, à travers les activités organisées à Libreville (au ministère) et à Ntoum (Nkok).

Flore Mistoul, le 30 mai 2016 à Libreville, lors du lancement de la semaine nationale de l’environnement. © Gabonreview

Flore Mistoul, le 30 mai 2016 à Libreville, lors du lancement de la semaine nationale de l’environnement. © Gabonreview

Flore Mistoul a rappelé que la protection de l’environnement est plus que jamais l’une des préoccupations majeures de l’humanité. C’est ce qui, pour elle, justifie la multiplication, par le système des Nations Unies, des Journées internationales ou mondiales dédiées à la cause environnementale. Ne pouvant célébrer ces journées de façon séparée, le gouvernement a, depuis plus d’une décennie, fédéré toutes celles qui sont consacrées à l’environnement. Pour le ministre de la Protection de l’environnement et des Ressources naturelles, ce choix permet à son département d’organiser une semaine durant, sur le territoire gabonais, avec toutes les parties prenantes, un ensemble de manifestations devant permettre au gouvernement de communier autour des défis qui s’imposent au Gabon, à l’Afrique et à la planète terre.

«Les atteintes à l’environnement ne peuvent laisser insensible aucun État au monde», pense Flore Mistoul. Aussi pense-t-elle, agir ensemble pour une cause commune devrait être le leitmotiv de la communauté internationale. «C’est à ce titre», précise-t-elle, que le président de la République met un point d’honneur à prendre part aux débats internationaux sur les questions d’environnement et de développement durable. Pour Mme Mistoul, partager le destin commun de l’humanité nécessite davantage de sensibilisation sur les modes de production et de consommation. Et, quoi de mieux qu’une approche participative capable de changer les mentalités des différents acteurs ?

Rappelant le thème retenu, «Tolérance zéro contre le commerce illégal de la faune et de la flore sauvages» qui invite chacun à prendre ses responsabilités afin de lutter contre l’exploitation illégale des ressources fauniques et floristiques, Flore Mistoul a exhorté chacun à prendre une part active à l’ensemble des activités retenues et à donner le meilleur de soi, afin que cette semaine nationale de l’environnement soit, plus que par le passé, l’occasion d’une prise de conscience collective sur les enjeux liés à la protection de l’environnement.