Des éléments de la direction générale de la Documentation et de l’Immigration ont récemment appréhendé, à Moanda, l’ex-chef d’état-major congolais soupçonné d’avoir commandité en 2011 une attaque contre la résidence du président Kabila et un camp militaire à Kinshasa.

Le Général Faustin Munene a été arrêté le 10 janvier 2018 à Moanda, selon l’AFP. © Bakolokongo.com

 

L’information n’a été révélée que le mardi 16 janvier par L’AFP. Mais le Général Faustin Munene a été interpelé, le 10 janvier, à Moanda dans la province du Haut-Ogooué. L’ex-chef d’état-major congolais se serait caché dans cette ville du sud du Gabon quelques temps après avoir fui la RDC parce que condamné par contumace à la prison à perpétuité il y a près de sept ans.

En mars 2011, un tribunal militaire congolais l’avait présenté comme l’instigateur de l’attaque contre la résidence du président Joseph Kabila Kabange et du camp militaire Kokolo à Kinshasa, en février 2011. L’attaque du camp militaire avait fait 11 morts, dont 8 soldats de l’armée régulière.

Poursuivi également pour «tentative de coup d’Etat» dans la province du Bandundu en novembre 2010, le Général Faustin Munene n’est pas à sa première arrestation. Il avait déjà été arrêté en janvier 2011 à Pointe-Noire (Congo), avant l’attaque de la résidence du président Kabila. Seulement, Brazzaville n’avait pas souhaité l’extrader vers son pays d’origine. Ce qui avait créé une brouille entre les deux pays voisins.

Actuellement, le mis en cause «est aux mains de la DGDI», à Libreville, a rapporté l’AFP citant «un haut responsable du secteur judiciaire du Haut-Ogooué». Le militaire congolais y attendra son extradition si les autorités gabonaises le souhaitent. Toutefois, ni le ministère des Affaires étrangères ni celui de l’Intérieur n’ont jusqu’à lors confirmé son arrestation.