Après un carton sur France 2, la série télévisée humoristique française s’offre une adaptation africaine grâce à Samantha Biffot et Adrien Planès.

Deuxième journée du tournage de la version gabonaise de la série Parents mode d’emploi, le 24 novembre 2015. © Gabonreview

Deuxième journée du tournage de la version gabonaise de “Parents mode d’emploi”, le 24 novembre 2015. © Gabonreview

 

Scènes de tournage avec Defunzu (en haut) et, de dos, la réalisatrice de la série, Samantha Biffot, donnant quelques orientations. © Gabonreview

Scènes de tournage avec Defunzu (en haut) et, de dos, la réalisatrice de la série, Samantha Biffot, donnant quelques orientations. © Gabonreview

Pour célébrer la prochaine année 2016, la série française «Parents mode d’emploi», qui passionne chaque soir 4,5 millions de personnes en moyenne sur France 2, s’acclimate à la culture africaine. Elle sera diffusée, en exclusivité et en prime time, sur les chaînes Kanal7 et TV5Monde-Afrique. L’équipe de réalisation a même été surprise en plein tournage, le 24 novembre courant, dans la commune d’Akanda. «France télévision avait l’idée de faire l’adaptation africaine de la série, nous avons saisi l’occasion pour la réalisation du projet. Il a fallu deux autres scénaristes, plusieurs heures pour réécrire l’intégrale de la première saison», a déclaré la réalisatrice et scénariste, auteur du film documentaire «L’africain qui voulait voler».

Comment élever au mieux ses enfants? Ne faut-il pas admettre qu’on commettra toujours des erreurs? Que garde-t-on ? Que faut-il jeter ? Vis-à-vis de l’éducation, Magloire et Fatou Ndong, un couple de quadragénaires, parents de trois enfants, se positionnent par rapport à celle qu’ils ont eux-mêmes reçue de leurs parents. Ils s’emploient à être à la hauteur de leur tâche, tout en jonglant avec leurs devoirs conjugaux. Les téléspectateurs africains partageront leurs désaccords, ratés et ruses inavouables pour parvenir à leurs fins. «Dans la version africaine, nous avons joué sur l’idée qu’il y a une mutation en Afrique entre tradition et modernité, c’est-à-dire d’un côté on trouve un parent très traditionaliste qui vient de Mouila, incarné par Omar Defunzu et une mère qui a fait ses études en France, plus ouverte, qui est Edith. On essaye de se moquer des travers des deux types d’éducation», a précisé Samantha Biffot.

Captivé par le projet dans lequel il retrouvait son enfance, l’acteur-humoriste Omar Defunzu ne s’est pas fait prier pour accepter le premier rôle qui lui était offert. «J’ai grandi dans cet environnement-là, où l’enfant n’avait pas le droit de demander même du pain à son père, ou de rechigner. Tout ce que les parents disaient, c’est ce qui était bien et qu’il fallait faire», a-t-il confié sur le plateau de réalisation.

La saison 1 de la série de 60 épisodes de trois minutes sera distribuée sur le plan panafricain par France télévision.