Le tournage de l’œuvre cinématographique a été lancé le 14 février à Libreville. Cette série est destinée à faciliter la communication entre les personnes souffrant des troubles de l’audition et les autres.

Matamba Kombila, engagée à simplifier la complexité de la communication entre les gens. © D.R.

 

Le projet est l’œuvre de Matamba Kombila, une réalisatrice gabonaise qui se donne pour objectif de réduire la frontière de communication, entre les sourds et personne dites normales. Invitée sur l’émission de GabonTv «La Matinale», le lundi 13 février, elle a annoncé le lancement effectif du tournage à Libreville.

Les acteurs de la série télévisée sont des personnes bien connues du petit écran gabonais, ainsi que des jeunes de la communauté de malentendants.

Annie-Flore Batchiellilys, qui aura son premier rôle en tant qu’actrice de cinéma, Christiane Libina, Olivier Messa, Medard Mouele, Michel Ndaot et Sarah Matsanga figurent parmi les acteurs clés de cette production. On enregistre également une belle brochette d’amateurs, à l’instar de Naomie Ogowet, Alexandre Bissoue ou Diane Magots.

Matamba Kombila a pris le soin d’associer des acteurs de la communauté des malentendants, pour mieux faire passer le message. «On travaille avec des enfants sourds. On est sur des thématiques de complexité de communication entre les gens. C’est vrai que par rapport à la communauté des sourds, une communauté qui est un tout petit peu ostracisée dans la société, puisque les gens ont du mal à apprendre leur langage. Le problème c’est le refus ou la difficulté de personnes dites normales à apprendre un langage différent, celui des signes, pour comprendre et se faire comprendre par les sourds. Ce n’est pas parce qu’on parle avec des signes qu’on n’est pas normal. On a découvert l’année dernière, dans un de mes films, une communauté d’enfants qui sont absolument incroyables, très talentueux. Parce que le fait de ne pas entendre, permet de se concentrer sur beaucoup d’autres choses. Ce sont des enfants qui sont très visuels, qui sont alertes», a-t-elle reconnu.

Styliste et designer à l’origine, sa créativité mêlée à son âme humaniste lui ont donné la capacité d’écrire sur des aspects à forte tonalité sociale, singulièrement celles qui sont perceptibles dans son pays le Gabon. «Je me rends compte, en développant les histoires, que toutes mes thématiques sont des thématiques gabonaises en fait», a confié Matamba Kombila.

Cette série mettra en vedette quatre adolescents : Anoushka, Chris Levy, Livia et Pierre. Frustrés par leurs difficultés à communiquer avec leurs familles et à naviguer dans l’univers des « normaux », ces adolescents inventent une machine révolutionnaire pour briser les barrières du langage et les préjugés auxquels ils font face quotidiennement. La scène de tournage est d’abord focalisée toute la semaine à Nzeng-Ayong, avant d’être sur décors dans toute la ville, la semaine suivante.

Auteur : Alain Mouanda