Le Gabonais est revenu, le 11 juin à Libreville, sur les contours de son combat face à l’Albanais Nuri Seferi, 72 heures plus tôt, à l’issue duquel il a décroché la ceinture World Boxing Council (WBC) Francophone des lourds-légers.

Taylor Mabika pendant sa conférence de presse, le 11 juin 2018 à Libreville. © Gabonreview

 

72 heures après sa victoire sur Nuri Seferi, Taylor Mabika est revenu sur cette opposition à l’issue de la laquelle il a décroché la ceinture World Boxing Council (WBC) Francophone des lourds-légers, le 8 juin à Libreville. «Le combat était difficile», a confié le boxeur, le 11 juin à Libreville. «Mon adversaire avançait, ne reculait pas. Sa stratégie consistait à me mettre beaucoup de pression et me faire déjouer. Mais je n’ai pas cédé : j’ai été plus mobile, j’ai refusé la confrontation directe car Nuri Seferi est un spécialiste des KO», a affirmé Taylor Mabika.

A l’issue du combat, Nuri Seferi a dit ne pas avoir donné la pleine mesure de ses capacités. La faute à une douleur au niveau du poignet droit. Une sortie qui, de l’avis de Taylor Mabika, n’entache nullement la qualité de son combat. «Face au Roumain Alexandru Jur, au championnat méditerranéen WBC (le 17 juin 2017 à Port-Gentil), j’avais une douleur au bras droit. Mais je n’en ai jamais parlé. Si Nuri Seferi n’était pas prêt, il n’avait pas être sur le ring», a déclaré le pugiliste gabonais.

Dans le même élan, Taylor Mabika a répondu aux critiques sur le fait que ces combats les plus prestigieux, du moins ces dernières années, n’ont été organisés qu’au Gabon. «Floyd Mayweather qui est un des plus grand boxeurs au monde, ne combat que dans son pays, aux Etats-Unis. Les Américains n’ont jamais rien à redire. Le but en combattant au Gabon est de prouver que tout est possible dans ce pays, que la boxe peut prospérer dans ce pays. N’en déplaise, tant que je suis accompagné, je viendrai toujours me préparer et combattre au Gabon», a-t-il affirmé.

En décrochant la ceinture WBC Francophone des lourds-légers, le Gabonais s’est hissé dans le Top 15 de cette catégorie. Ce qui le positionne notamment comme sérieux challengeur pour le titre WBC International et WBC Silver. «Concernant la suite à donner à ma carrière, j’attends le classement qui se fera d’ici là. C’est ce classement qui m’offrira ou non des possibilités de combattre pour une ceinture encore plus prestigieuse», a-t-il souligné.