La Coalition pour la nouvelle République (CNR) soutenant Jean Ping s’est réjouie jeudi du taux d’abstention aux 1er tour des législatives et des élections locales du 6 octobre dernier, estimé à 90% sur toute l’étendue du territoire nationale. Elle la présente comme le refus des Gabonais de légitimer le pouvoir d’Ali Bongo.

Des membres de la CNR, en août 2018, à Libreville. © Gabonreview

 

Estimé, selon elle, à 90% sur toute l’étendue du territoire nationale, le taux d’abstention enregistrée lors du 1er tour des législatives et des élections locales du 6 octobre dernier ne peut que réjouir la CNR. «Ce niveau élevé d’abstention traduit l’échec du projet du pouvoir illégitime et ses alliés, visant à faire oublier d’une part, l’élection présidentielle qui a vu le triomphe du président Jean Ping avec un taux de plus de 65% sur une participation supérieur à 70% sur l’ensemble du territoire ; d’autre part, les massacres de plusieurs dizaines de Gabonais dont le seul tort était de revendiquer la vérité des urnes», tente d’expliquer, ce jeudi 11 octobre, la Coalition, selon laquelle «ce fort taux d’abstention rappelle par ailleurs l’absence de crédibilité des instances en charge de l‘organisation des élections».

A en croire les soutiens du principal opposant à Ali Bongo, en décidant par centaines de milliers de ne pas se rendre aux urnes, «les Gabonais ont compris que ces prétendues élections, déjà décriées avant leur tenue, n’avaient pour seul et unique objectif que de tenter de donner une légitimité au pouvoir usurpateur, aux yeux de la communauté nationale et internationale». Leur abstention, croient-ils savoir, montre que le peuple gabonais ne reconnait pas la légitimité du président de la République en place, et qu’il «ne la lui reconnaîtra jamais».