Profitant du lancement, dimanche, sur la plage du Lycée Léon Mba à Libreville de la 4e édition de la caravane «Vacances sans tabac», l’ONG SOS Tabagisme Gabon invite le gouvernement à être plus dissuasif dans sa lutte contre la consommation du tabac chez les jeunes.

Des membres de l’ONG SOS Tabagisme Gabon, le 19 août 2018, sur la plage du lycée Léon Mba (Libreville). © Gabonreview

 

La 4e édition de la caravane «Vacances sans tabac» a été lancée dimanche 19 août sur la plage du Lycée Léon Mba à Libreville. Initiatrice de cette activité prévue s’étendre sur deux mois sur le même site, l’ONG SOS Tabagisme Gabon a à cœur d’«informer les jeunes sur les dangers du tabac». Seulement, pour mener à bien la mission que son organisation s’est assignée, Anthony Mba Nkogo dit avoir besoin du soutien du gouvernement.

Des membres de l’ONG SOS Tabagisme Gabon, le 19 août 2018, sur la plage du lycée Léon Mba (Libreville). © Gabonreview

«En déployant une vingtaine des membres de notre ONG sur cette plage, nous voulons faire comprendre aux jeunes que fumer tue et surtout, nous voulons les empêcher de s’initier à la cigarette qui rend prisonnier. Mais cet objectif ne sera atteint que si les autorités nous appuient. D’autant que le levier le plus important, celui de la dissuasion, est dans les mains du gouvernement», indique le président, disant attendre que des mesures plus fermes soient prises.

Pour l’ONG SOS Tabagisme Gabon, ces mesures de dissuasion pourraient être de deux ordres : l’interdiction de la vente de la cigarette par bâton et l’augmentation du prix du paquet de cigarette.

«Dans un pays où le bâton de cigarette coûte à partir de 25 francs, c’est encourager les jeunes à fumer, parce que ce prix rend le tabac accessible. Nous estimons qu’il est important d’interdire la vente de la cigarette au bâton. Mais à côté de ça, nous exhortons le gouvernement à augmenter de manière significative le prix du paquet de cigarette, tout en définissant des lieux précis où ces paquets seront accessibles. Il n’est plus possible de voir que la cigarette est accessible dans tous les coins de rue. De plus, avec moins de 2 millions d’habitants, on ne peut plus se permettre de perdre 600 personnes par an à cause du tabac, tel que l’a montré l’Atlas du tabac de l’OMS en 2017», explique Anthony Mba Nkogo.

En attendant que le gouvernement réponde favorablement à leurs propositions, les membres de l’ONG SOS Tabagisme Gabon prévoient de poursuivre jusqu’en octobre prochain leur caravane de sensibilisation «Vacances sans tabac». Ils seront présents sur la plage du Lycée Léon Mba toutes les deux semaines, avant de lancer en février 2019 la caravane «Touche pas au tabac» dans les écoles. La «Coupe de la jeunesse sans tabac» se jouera quant à elle dans les universités et grandes écoles de la place en 2019.