Retraçant le brassage culturel dans lequel la femme vit au quotidien, la collection «Black and white …I am» sera présentée le 31 juillet à Libreville. Un défilé dont l’auteur, Gaston Sikiyanwi, entend faire un tremplin vers la scène africaine.

Habillage d’un mannequin dans le cadre du défilé. © D.R.

 

Produit de l’école de mode Nzeng-Ayong, dans le sixième arrondissement de Libreville, Gaston Sikiyanwi présentera sa nouvelle collection «Black and white …I am», le 31 juillet à Libreville. Une collection 100% féminine, retraçant le brassage culturel dans lequel la femme vit au quotidien.

Selon le jeune styliste gabonais, «cette collection à coupes osées reflète la féminité de la femme africaine. C’est pourquoi ce défilé se tient à l’occasion de la journée internationale de la femme africaine prévue initialement le 8 mars de chaque année». En d’autres termes, a-t-il expliqué : «Le but recherché est la vulgarisation de la beauté de la femme africaine. Il s’agit ici de permettre à la femme de se vêtir en reflétant la mixité culturelle à laquelle elle appartient et ce de manière mesurée et élégante».

Orientée vers les femmes au foyer et/ou dans la vie active, cette collection de Gaston Sikiyanwi nourrit plusieurs objectifs. Comme amener la femme à assumer sa féminité tout en restant discrète, disciplinée et responsable dans son accoutrement. «Cette collection via ce défilé de mode permettra à la femme qui y assistera de s’affirmer sur le plan vestimentaire, vecteur d’une assurance psychologique», a déclaré le styliste.

Le défilé au cours duquel sera présenté la collection prévoit un passage de 20 mannequins issus de différentes agences de mode de Libreville. En 2012, Gaston Sikiyanwi a présenté sa première collection «J’ose mes coupes, ma victoire». Rebelote quatre ans plus tard avec la collection «Tapis rouge». Avec la collection «Black and white …I am», le jeune créateur espère intégrer la scène africaine.