Le ministre des Sports a annoncé, le 30 janvier à Libreville, la relance à venir des travaux d’achèvement de ce chantier. A cet effet, 33 milliards de francs CFA seront mobilisés pour «contenter» l’entreprise adjudicataire.

Vue aérienne du stade omnisports Omar Bongo. © D.R.

 

Le chantier du stade Omnisports Omar Bongo était au centre d’une séance de travail au ministère des Sports, le 30 janvier à Libreville. A l’issue de cette rencontre, les participants, en tête desquels le ministre des Sports, ont convenu de la relance des travaux d’achèvement de ce chantier après la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2017.

Face à l’Agence nationale des grands travaux d’infrastructures (ANGTI) et le Ceddex, l’entreprise adjudicataire, le gouvernement s’est engagé, avec l’appui de ses partenaires financiers, à mobiliser les 33 milliards de francs CFA nécessaires pour effectivement achever ce chantier, déjà vieux de sept ans.

Dans ce sens, le ministre des Sports a prévu, la semaine prochaine, une séance de travail autour de son collègue de l’Economie. «Cette rencontre cruciale devrait définir le modus-operandi et la feuille de route des travaux d’achèvement et la livraison du stade omnisports Omar Bongo», a précisé Nicole Assélé, invitant par ailleurs l’ensemble des parties «au sens de la mesure et à la compréhension des enjeux».

Faute d’avoir abrité les Can 2012 et 2017, le stade omnisports Omar Bongo, d’une capacité de 46 000 places, se trouve au cœur des stratégies de relance du sport national en général et du sport scolaire et universitaire, en particulier. A côté de cette enceinte mythique, face à l’ancien stade annexe, sera érigé un palais des sports de 6000 places, où devrait se jouer la Can de handball messieurs, en janvier 2018.