A la faveur du jeu de chaise musicale intervenu, le 4 mai dernier, avec la formation du tout nouveau gouvernement, Alain-Claude Billie-By-Nze a hérité du ministère des Sports et de la Culture, chargé du Tourisme. Ce 14 mai, il a tâté le pouls de ces secteurs à travers une réunion de prise de contact.

Alain-Claude Billie-By-Nzé et le ministre délégué, Laetitia Diwekou échangeant avec leurs collaborateurs, le 14 mai 2018. © Gabonreview

 

Quelques jours après leur prise de fonction, le ministre des Sports et de la Culture, chargé du Tourisme, Alain-Claude Billie-By-Nze et son ministre délégué, Laetitia Diwekou, ont échangé, ce 14 mai, avec l’ensemble des responsables des secteurs d’activités de leur giron. L’occasion pour les nouveaux responsables de ce ministère à tiroirs de nouer le contact, mais également de fixer le cap et en déterminer l’agenda.

Alain-Claude Billie-By-Nzé et Laetitia Diwekou, le 14 mai 2018 à Libreville. © Gabonreview

«Pas de temps à perdre», est en substance le message essentiel des réunions organisées ce lundi par Billie-By-Nze. Désormais à la tête du ministère des Sports et du Tourisme en plus de la Culture qu’il  dirigeait déjà, l’ancien ministre de la Communication tenait d’abord à savoir qui s’occupe de quoi, qui fait quoi et dans quel domaine il exerce. «Je voudrais indiquer qu’en ce qui nous concerne, le ministère est celui qui est au contact des Gabonais. C’est un ministère du peuple, c’est un ministère proche des populations», a-t-il déclaré, soulignant le rôle économique que devra jouer son département. «Il y a une économie du sport à développer, à structurer. Il y a des filières culturelles à mettre en place. Comment développer le tourisme pour un pays qui a une telle diversité, à la fois au plan de la faune que de la flore, au plan de l’héritage, mais aussi au plan de la culture ?», a interroger le ministre, comme pour lancer un brainstorming géant.

De cet échange de prise de contact, il apparaît que tous les filières précitées devront être travaillées et valorisées, de même qu’il faudra consolider les acquis et tenter d’apporter des éléments nouveaux, si possible. «Mais, bien sûr nous ne pouvons le faire qu’en nous appuyant les différentes administrations, les différents collaborateurs, leur expertise, leur savoir-faire», a précisé le membre du gouvernement, ajoutant : «Nous n’avons en face de nous que les Gabonaises et les Gabonais : les collaborateurs, que nous espérons rompus à la tâche et qui vont nous aider à réussir le challenge qui est le nôtre. Nous n’avons de ce point de vue, aucune volonté, aucune velléité de procéder à des changements tous azimuts. Nous avons, au contraire, l’ambition de travailler avec les uns et  les autres pour essayer de tirer le meilleur de chacun», a-t-il martelé l’ancien ministre de la Communication.

En procédant à ces réunions de mise au point, l’ambition, devrait-on noter, est de faire en sorte que le sport, la culture et le tourisme impactent la vie des Gabonais. Mais plus encore, que ce département ministériel et ses activités soient appréciés en tant que tel, comme un département jouant pleinement son rôle dans l’action du gouvernement.