En prélude au spectacle à l’initiative de Talent investment, le 31 mars à Libreville, la chargée en communication de ce collectif revient avec Gabonreview sur les contours de cet événement de solidarité au bénéfice des orphelins et enfants démunis.

La chargée en communication de Talent investment, Manfoumbi Bibaye Princesse Shekina. © Gabonreview

 

Gabonreview : En quoi consiste votre spectacle du 31 mars à Libreville ?

Manfoumbi Bibaye Princesse Shekina : C’est un événement qui rassemble des jeunes de différentes églises du réveil dans le but de collecter des dons, des fonds pour des orphelins afin de leur venir en aide. Il s’agit précisément d’un spectacle Slam gratuit, agrémenté de chants gospels et des comédies. En effet, nous avons décidé de mettre notre talent au service de ceux qui ont besoin de notre soutien. Au lieu de demander aux gens de payer une entrée à 500 francs CFA ou à 2000 francs CFA, nous disons non. Nous voulons que les gens viennent découvrir les différents talents, qu’ils soient touchés par le message et qu’ils décident eux-mêmes d’offrir quelque chose pour ces enfants démunis. Nous rappelons par ailleurs à que le spectacle est prévu ce samedi 31 mars du côté de l’église l’Ambassade de la Grâce, sise à Mindoubé 2 aux pavés.

Princesse Shekina et son collègue Joël Nathan. © Gabonreview

Le slam est-il approprié pour des activités religieuses ?

L’usage du slam est un autre message que nous faisons passer pour dire aux gens que les talents que nous avons, ces talents que Dieu nous a donné, nous devons les utiliser pour l’adorer. Le slam est un talent. C’est Dieu qui le donne. C’est également un message que nous passons à la jeunesse. Il y a beaucoup de jeunes qui ont des talents, mais les utilisent pour des mauvaises choses.

Par le canal du slam, nous ne rendons pas non plus le message de Dieu léger, nous sommes en train de témoigner des facultés que Dieu nous a données. Il a donné à l’homme les moyens de pratiquer un art, le slam en fait partie, de même que le gospel, le Makossa, etc. Nous pensons que tout ce que Dieu nous donne en réalité, c’est pour la gloire de son nom. Samedi, ces talents seront utilisés non seulement pour Dieu, mais aussi pour les orphelins et les démunis.

Un mot sur le choix du thème du spectacle, «Si tu veux voir ce que tu n’as jamais vu, commence à faire ce que tu n’as jamais fait».

Si tu veux voir ce que tu n’as jamais vu, commence à faire ce que tu n’as jamais fait. Parce que, si aujourd’hui je décide d’aider quelqu’un qui est dans une situation plus difficile que la mienne, un jour je serai aidé de la même manière. Nous avons des petits frères qui n’ont plus de parents, qui sont entre les mains des personnes qui n’ont pas forcement de filiation avec eux. D’autant que ces personnes ont parfois des difficultés avec ces enfants, même avec la volonté. Et nous disons parfois, on attend les politiques, les personnes nanties. Or, même avec le peu que nous avons, nous pouvons aider quelqu’un qui est dans une situation plus difficile que la nôtre. C’est une invitation à l’altruisme, à soutenir ceux qui n’ont rien…mais également, à laisser éclore ce qui est enfoui en nous pour le bien-être de la société.