Les agents de la Société gabonaise de transport (Sogatra), réunis le 15 octobre 2018, ont décidé de la suspension de la grève et de la reprise du travail, malgré le non-versement des sept mois de salaire.

Reprise du travail à Sogatra malgré les arriérés de salaire. © D.R.

 

Le Syndicat des agents administratifs, des techniciens et conducteurs (Synatec) de la Société nationale de transport a décidé, à l’issue de son assemblée générale du 15 octobre, de suspendre la grève et repartir au travail. Cette reprise du service n’est plus conditionnée par le versement de sept mois de salaire qu’ils attendent depuis.

«Nous avons décidé ce matin de suspendre la grève pour que les gens reviennent officiellement au travail, parce qu’il n’est pas question, que certains observent le mouvement, pendant que d’autres notamment les conducteurs prennent les bus pour travailler, soi-disant, qu’ils trouvent leur compte au réseau, à travers les recettes qu’ils détournent», a déploré le secrétaire général du Syndicat, Cyril Gaston Ledoumou Ndoudi.

Si cette décision du Synatec laisse penser qu’il abandonne le combat pour la régularisation des salaires et l’amélioration des conditions de travail des agents, pour son secrétaire général, le combat se poursuit.

«Le Syndicat poursuivra ses plaidoyers et fera des propositions à l’administration pour l’amélioration de la situation qui prévaut dans cette maison. Cependant, un contrôle sur les réseaux sera initié pour empêcher les détourneurs de recettes de s’enrichir ou soulager leurs difficultés au profil des autres agents», a précisé Cyril Gaston Ledoumou Ndoudi, estimant que les recettes journalières parviennent à payer la quinzaine à certains agents.