Au moment où le gouvernement préconise le dialogue social au sein des entreprises locales dans le but de résoudre les crises, les responsables de la Société des boissons de Léconie (Soboleco) ont récemment montré des signes de bonne entente avec les employés.

Le DG de Sobraga Fabrice Bonatti en discussion avec des employés de Soboleco, le 4 mai 2017 à Léconie. © Gabonreview

 

Le jeudi 4 mai à l’occasion de l’inauguration de la 3e ligne de production de l’usine de Soboleco, devant les autorités de la province du Haut-Ogooué, Fabrice Bonatti, le directeur général de la Société des brasseries du Gabon (Sobraga), n’a pas caché sa fierté. Pour lui, Soboleco est définitivement «une société citoyenne où le dialogue social prévaut, et où les investissements réalisés au cours de la dernière décennie ont de quoi faire pâlir de jalousie de nombreuses sociétés». Pour preuve, le même jour, pour remercier les «70 employés 100% gabonais» de la société d’avoir contribué aux beaux résultats enregistrés ces derniers mois, le directeur technique de l’usine a annoncé le versement de 100 000 à 150 000 francs CFA de prime aux agents.

Le DG de Sobraga Fabrice Bonatti et des employés de Soboleco, le 4 mai 2017 à Léconie. © Gabonreview

Pour le DG de Sobraga, il s’agit, «comme toujours dans le Groupe Castel», de faire en sorte que le social tire également partie de la croissance de la société. C’est ainsi qu’en 2012, Soboleco a mis en place la couverture médicale pour l’ensemble des employés et leurs ayants droits. Ces dernières années encore, selon Fabrice Bonatti, «la société a mis en place de nombreux chantiers sociaux pour l’amélioration des conditions de travail et des rémunérations des agents». Mieux, les responsables de Soboleco, soutenus par ceux du Groupe Castel, assurent toujours privilégier la discussion avec les employés, en vue de prémunir les crises au sein de la société. Un exercice qu’a renouvelé le DG de Sobraga, à l’occasion de l’inauguration de la 3e ligne de production de l’usine.

A Libreville, certains seraient presque jaloux de voir le même rapport responsables-employés s’intensifier. N’empêche, à l’occasion de la célébration de la fête du travail, le 1er mai, sous le thème de «la promotion des organes d’expression de dialogue social dans les entreprises», le président du Syndicat des travailleurs des brasseries du Gabon (Sytrabga), Jean Claude Bekale, a reconnu que «Sobraga est toujours à l’avant-garde des organes du dialogue social».