Ayant récemment lancé une levée participative de fonds en vue de la finalisation de «Sens Dessus Dessous», une mini-série de neuf courts-métrages, Matamba Kombila dresse le bilan de l’opération, même si 5 millions de francs CFA restent à trouver. Mettant en exergue des enfants sourds et muets, le projet cinématographique a touché de nombreuses personnes, remerciées par la réalisatrice.

© D.R.

 

Suite à l’article paru dans Gabonreview le 1er Mai dernier, « De l’Argent pour Sens Dessus Dessous », la réalisatrice Matamba Kombila fait le compte rendu de sa levée de fonds participative pour la finalisation de sa série de 9 courts métrages intitulée Sens Dessus Dessous mettant en scènes quatre adolescents sourds de l’ENEDA — Anouchka Mikilou Moussavou, Chris Levy Kiende, Livia Paule Minkwe et Pierre Nova Ndong Obiang, aux côtés des acteurs Michel Ndaot, Christiane Libina, Roméo Apanga, Sarah Joanna Matsanga, Ysis Makoudou Mangoua et Annie-Flore Batchiellilys pour la première fois au cinéma.

La campagne de levée de fonds est un véritable succès. L’objectif initial était de lever $18,000 ou 9 000 000 FCFA.

L’effort a permis de mobiliser des dizaines de personnes au Gabon, aux Etats-Unis, en Europe, en Amérique du Sud et en Asie. Un public très vaste a, en effet, été touché qui a adhéré au projet, partagé, aimé, soutenu, au-delà de ce qui pouvait être imaginé. La campagne a également permis de communiquer largement sur la série Sens Dessus Dessous, et de mettre en avant tous les aspects du travail de la production ces 3 dernières années, de l’écriture des scenarii aux répétitions, en passant par le tournage, les magnifiques acteurs professionnels et amateurs, l’équipe technique, les articles publiés sur les blogs et dans la presse sur Sens Dessus Dessous, et les fantastiques supporters.

Le nombre total de donateurs sur la plateforme participative indiegogo.com s’élève à 107, selon la répartition géographique ci-dessous, pour un total net de $6,016 ou 3 370 000 FCFA.

Répartition géographique des donateurs sur la plateforme participative indiegogo.com. © D.R.

 

Les contributions reçues sur Airtel Money — la production remercie les 8 anonymes qui ont contribué à leur histoire, s’élèvent à 54 000 FCFA ou $96 (faites-vous connaître s’il vous plait ! contactez Matamba Kombila sur facebook afin qu’elle puisse vous remercier dans les génériques de fin).

Les contributions reçues par d’autres canaux, d’entreprises (Atelier Origines, Bicig Gabon, Gabonreview, Loch’house Touraine, Twafey, Ong Ebando) ou de contributeurs privés se montent à $1,340 ou 750 000 FCFA.

La levée de fonds participative est un travail à plein temps, qui demande une longue préparation avec une bonne équipe surtout lorsqu’on n’a aucune expérience dans le domaine (ce qui était le cas !), une stratégie claire et évolutive selon la réponse du public et une grande écoute de tous les conseils, remarques, commentaires, attentes des collaborateurs, amis, famille, contributeurs connus ou anonymes. Cet outil fantastique a permis de réunir la somme de 4 174 000 FCFA ou $7,450.

Matamba Kombila remercie tous ceux qui ont investi leurs moyens et leurs cœurs et l’ont rejointe dans cette aventure. «Vous faites désormais tous partie de cette histoire importante pour la communauté sourde et la jeunesse de notre pays», souligne-t-elle.

Les enfants sourds, acteurs et l’assistante de la réalisatrice. © D.R.

Le travail de post-production sur Sens Dessus Dessous durera au total presque 1 an et s’effectue entre Libreville et New York, selon les compétences techniques disponibles dans les deux villes, pour arriver au rendu image et son souhaité pour le projet. L’argent reçu sera utilisé pour finaliser l’étalonnage (correction couleur des films), les animations et génériques, et le mixage et design son.

«Nous avons besoin de 5 000 000 FCFA ou environ $10,000 supplémentaires pour finaliser tous les sous-titrages (en français, anglais, arabe et portugais pour la distribution africaine), acquérir les droits des bandes musicales des artistes gabonais impliqués dans le projet», explique Matamba Kombila avant de lister les artistes en question : Scen’Art, Maman Dédé, Lestat XXL, Annie-Flore Batchiellilys, Pierre-Claver Akendengue, Milva & Khery Seshet3w, J My sz, Chef Keza & El Joaquim, et Lyn’s & Menes. Ce montant servira également pour le montage final, les formatages divers et pour les frais de marketing et promotion (site internet, soumissions à festivals, archivage, etc.).

Cette réalité devient une urgence car, entre autres festivals, la série a été sélectionnée pour la compétition officielle d‘Ecrans Noirs 2018 qui se déroule au Cameroun en Juillet prochain. Chaque franc compte, alors pour ceux qui souhaitent encore donner, la ligne Airtel Money 07 43 15 15 reste ouverte. Ils peuvent également contacter Matamba Kombila sur Facebook ou la rédaction de Gabonreview qui la joindra, s’ils souhaitent contribuer par des moyens alternatifs.

La collaboration est par nature la fondation de la réalisation cinématographique, car il faut en effet beaucoup de personnes pour faire un film. Sur ce projet seulement, entre les comédiens et les différents techniciens, plus de 90 personnes ont déjà été employées. Dans le contexte actuel où les subventions pour l’art, quand elles existent, sont de plus en plus difficile à obtenir à cause de la compétitivité, seule la solidarité pourra préserver la créativité.

Matamba Kombila, New York, 5 Juin 2018.