Les agents de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) menacent de déclencher un mouvement de protestation illimité sur l’ensemble du territoire national, dès le 2 novembre prochain.

Les agents de la SEEG menacent d’entrer en grève illimitée dès le 2 novembre prochain. © D.R.

 

Les agents de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), membres du Syndicat national des travailleurs du secteur eau et électricité (Syntee+), ont déposé un préavis de grève de 14 jours à leur direction générale, le 19 octobre à Libreville. Ils réclament le paiement des certaines primes et allocations.

En effet, le Syntee+ réclame le payement des allocations et autres prestations de la CNSS ; le payement avec effet rétroactif de la 3e tranche de la prime de logement, la prime d’eau et d’électricité du bonus des agents partant à la retraite ; l’application sans restriction des données issues des évaluations des agents.

A ces revendications s’ajoutent : l’externalisation du centre des appels ; l’application des recommandations de l’audit interne de la Division bâtiments et services généraux (DBSG) et la gestion discriminatoire des carrières des agents. Les agents de la SEEG exigent par ailleurs un audit sur la géolocalisation.

Si ses revendications ne trouve pas d’écho favorable jusqu’au 2 novembre, le Syntee+ a menacé de lancer une grève illimitée sur l’ensemble du territoire national.