Le directeur général de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), Antoine Boo, a décliné le 19 janvier le projet de l’année 2017 dénommé «la SEEG de demain».

Antoine Boo face à la presse, le 19 janvier 2017. © Gabonreview

 

Promouvoir la formation, l’emploi des jeunes, la santé et la sécurité au travail ainsi qu’améliorer le service aux clients, tel est le nouveau credo de l’engagement de la SEEG tout au long de l’année 2017. L’ambition de ce programme baptisé « la SEEG de demain » a été déclinée le 19 janvier par son directeur général, Antoine Boo.

«C’est un projet très ambitieux mis en place par la SEEG pour accompagner les projets de développement socio-économiques initiés par le gouvernement gabonais, en consacrant des gros investissements permettant d’améliorer et assurer la desserte en eau et électricité de qualité dans toutes les villes du Gabon», a expliqué Antoine Boo.

Conçu en tenant compte de tous les pans de la vie de ses clients, ce projet entend renforcer sur le plan de la formation, le centre de métiers Jean Violas pour assurer le renouvellement des ressources humaines.

Sur le plan de l’emploi des jeunes, la SEEG, entend comme d’habitude, lancer un processus de recrutement de plus 100 jeunes par an. En ce qui concerne la santé et la sécurité au travail, la SEEG souhaite encore réduire le nombre d’accidents, en le ramenant de 37 à 11en 2016. Sur la qualité du service, ce projet va mettre la SEEG d’avantage au service du client à travers la mise en place des numéros verts par lesquels les clients devront désormais porter à sa connaissance leurs requetés. Un projet dont la concrétisation sera rendue possible grâce aux différents partenariats qu’entend nouer la SEEG avec des partenaires dotés d’une expertise dans le domaine de l’amélioration de la relation client.

A en croire Antoine Boo, ce projet vient en complément aux efforts déployés l’année écoulée ayant, entre autres, contribué au renforcement de capacités de production électrique à Oyem, Minvoul, Mitzic, Mekambo, Ovan, Ebel Abanga et Bifoun. Il a également permis la mise en service d’un RIC dans la province du Woleu ntem, entre Oyem et Mitzic. Tandis que les villes de Port-Gentil, Coco Beach, Mandji, Lambaréné, Ndjolé Fougamou, Mouila et Mbigou ont vu leur capacité de production d’eau renforcée.

Pour l’année 2017, la SEEG ambitionne de renforcer les installations des villes de Makokou, Mbigou, Mouila et Boué.

Afin de dissiper tous les doutes suscités par la clientèle sur la qualité de l’eau distribuée aux clients, la SEEG dispose selon Antoine Boo, de laboratoires certifiés ISO permettant d’assurer les contrôles sur toute la chaine de production, allant du prélèvement au traitement jusqu’à la distribution. Des assurances qui permettraient à la SEEG d’aborder la nouvelle année, sur une nouvelle donne au bénéfice de sa clientèle.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga