L’Association internationale de sécurité sociale (AISS), par le biais du Bureau de liaison pour l’Afrique centrale (Blaisac), organise depuis le 21 mars 2018 à Libreville, le premier atelier francophone sur les solutions administratives pour l’extension de la couverture de la sécurité sociale.

La directrice générale adjointe de la CNSS, Christiane Yvonne Ella Assa ouvrant les de l’AISS à Libreville. © Gabonreview

 

L’Association internationale de sécurité sociale (AISS) a démarré ses travaux le 21 mars à Libreville. Articulées autour de la recherche des «Solutions administratives pour l’extension de la couverture sociale», les assises de l’AISS, organisées en partenariat avec la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), regroupent des responsables de haut niveau dans le domaine de la sécurité sociale des Etats de l’Afrique centrale.

© Gabonreview

En ouvrant les travaux, la directrice générale adjointe de la CNSS, Christiane Yvonne Ella Assa, a souhaité que ceux-ci permettent d’améliorer la qualité des prestations sociales, à travers une bonne extension de la couverture sociale.

Selon Charles Mendoume de la CNSS du Gabon, Officier régional de l’AISS pour la région Afrique centrale, cet événement a été programmé dans le cadre des activités du bureau de liaison pour le compte du triennium 2017-2019. En abordant le thème de ces assises, Tharcisse Nkanagu, expert en charge des formations a affirmé que «le régime des pensions est globalement répandu, mais elle concerne une partie de la population. Il reste donc l’autre partie de la population communément appelée la catégorie de l’économie informelle. Il reste également des domaines à couvrir, notamment l’assurance maladie qui n’est pas si répandue, alors que la santé est le premier capital de chaque individu dans sa vie. Il faudrait bien sécuriser la santé par un système d’assurance maladie fiable. Il y a en outre un domaine qui n’est pas encore abordé en Afrique pour des raisons qui se comprennent, c’est l’assurance chômage. C’est un domaine auquel il faut penser pour le futur».

Pour le représentant du Secrétariat général de l’AISS, Paul Mondoa, des défis majeurs s’imposent à l’Afrique dans le domaine de la sécurité sociale auxquels il faut apporter des réponses. «Cet atelier vise d’abord à identifier, de manière spécifique, les défis face aux institutions de la sécurité sociale dans le domaine de l’extension de la couverture. Nous allons apporter des propositions et certaines solutions, au début, et continuer les activités après cet atelier». Son institution prévoit un appui pour accompagner les institutions de la sécurité sociale, pour promouvoir la bonne gouvernance et l’excellence dans l’administration de cette sécurité sociale.