Une formation s’est ouverte, lundi 18 septembre, dans la capitale gabonaise et vise à doter les participants d’outils nécessaires pour la conduite des audits de certification des systèmes de management de la sécurité des denrées alimentaires, conformément aux exigences de l’ISO 22000.

Du 18 au 22 septembre 2017, les experts de l’Onudi forment au Gabon des auditeurs ISO 22 000 (archives). © PIQAC

 

Ouverte, lundi 18 septembre à Libreville pour s’achever le 22 septembre prochain, cette formation qualifiante assurée par des experts de l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) est destinée à la formation des auditeurs/responsables d’audit IRCA ISO 22000.

Elle permettra aux participants, des experts nationaux dans le domaine de la sécurité alimentaire, d’être mieux outillés dans la mise en place des Systèmes de management de la sécurité alimentaire (SMSDA), ISO 22000, au sein des entreprises bénéficiaires du Programme infrastructure qualité de l’Afrique centrale (PIQAC).

«Cette formation, précisent les organisateurs, permettra aux participants de se doter des savoirs, savoir-faire et savoir-être nécessaires pour conduire efficacement les audits de certification des systèmes de management de la sécurité des denrées alimentaires suivant les exigences de l’ISO 22000.»

Les participants, issus des sept pays bénéficiaires du PIQAC, seront formés dans la maîtrise des exigences de la norme ISO 22000, l’acquisition des méthodes d’audit, l’intégration de la méthodologie à appliquer en cas d’audit tierce partie ISO 22000, la compréhension et l’intégration de la déontologie de l’audit, ainsi que dans la compréhension des responsabilités et des compétences personnelles de l’auditeur.

Depuis 2015, le Gabon est devenu une référence en matière de sécurité alimentaire en Afrique francophone avec l’obtention de la certification ISO 22 000 par l’usine de production de l’eau minérale naturelle Andza à Léconi (Sud Est), suivie en 2016 de l’usine de Libreville de la Société des Brasseries du Gabon (Sobraga).

Initié par la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), en concertation avec la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), le PIQAC est financé par l’Union européenne et exécuté par l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI). Ce programme a pour objectif de renforcer la compétitivité et la diversification des secteurs productifs, à travers l’opérationnalisation des infrastructures qualité régionales et nationales et leur mise en réseau. Il couvre sept pays de l’Afrique centrale : le Cameroun, le Gabon, la République Centrafricaine, la République du Congo, la République démocratique du Congo, Sao Tomé-et-Principe et le Tchad.