Avec «Uchombè», son nouvel effort, la chanteuse gabonaise Seba vient se rappeler au bon souvenir des mélomanes de son pays.  Le maxi single, qui compte quatre titres parmi lesquels «Volema» et «Kundu», traduit la maturité à laquelle a accédé l’artiste, au niveau des textes et dans la voix.

Seba : «Uchombè» comporte quatre titres : «Volema» et «Kundu», «O Tambia» et «Ngonga a Nzembi».

Réalisé au studio la Cithare de Libreville, le nouveau maxi single permettant le retour de Seba dans les discothèques de la place, est un savant mixage de rythmes du Gabon, une sorte de passerelle entre le spiritualisme et le matérialisme. Une œuvre riche en thèmes se rapportant à la société puisqu’elle y aborde les thèmes de la déviance comportementale et de la dépravation des mœurs.

«Uchombè» comporte quatre titres : «Volema» et «Kundu», «O Tambia» et «Ngonga a Nzembi». Un répertoire qui permet à Seba de lancer un grand cri de détresse, adressé aux hommes et femmes de la société. Ceux-ci sont indexés pour n’être pas assez engagés dans la lutte contre la déliquescence des valeurs et des moeurs.

Héritière du chanteur Max Massala dont elle est la fille, Seba annonce par ailleurs la sortie officielle prochaine, sur le marché international, de «Uchombè» dont la gestation s’est faite entre le Gabon et la France.