Libreville accueille du 19 au 23 novembre prochain le premier forum du programme GMES & Africa sur les sciences de l’observation de la terre. Le projet a été présenté ce mardi au ministre d’Etat en charge de l’Economie numérique Guy-Bertrand Mapangou.

Moment de l’audience accordée par Guy-Bertrand Mapangou aux organisateurs du forum, le 18 septembre 2018, à Libreville. © Gabonreview

 

Financé par l’Union africaine (UA) et l’Union européenne (UE), le programme Global Monitoring for Environment and Security Africa (GMES & Africa) a fait l’objet de la signature, le 14 septembre à Libreville, d’un un protocole d’accord entre la Commission de l’UA et l’Agence gabonaise d’études et d’observation spatiale (Ageos). Le document signé par Tidiane Ouattara et Aboubakar Mambimba Ndjoungui (DGA Ageos) confiait au Gabon l’organisation du premier forum GMES & Africa, prévu à Libreville du 19 au 23 novembre 2018. Le projet a été présenté mardi 18 septembre au ministre d’Etat chargé de l’Economie numérique Guy-Bertrand Mapangou.

Dr. Tidiane Ouattara (à droite) et Dr. Aboubakar Mambimba Ndjoungui, signant l’accord d’hébergement du forum, le 14 septembre 2018, à Libreville. © gmes4africa.blogspot.com

Prévu pour rassembler des décideurs, universitaires, experts en sciences de l’observation de la Terre, venant de 55 pays africains ainsi que des partenaires de développement du continent, ce premier rendez-vous du genre «consistera, selon Tidiane Ouattara, à discuter des enjeux liés à l’utilisation de l’espace et des sciences spatiales pour le développement de l’Afrique». Il s’agira, durant ces 5 jours, poursuit le coordinateur du programme GMES & Africa, de «parler du devenir de l’Afrique», en faisant «le pèlerinage de l’espace».

Le choix du Gabon et particulièrement de l’Ageos, selon Tidiane Ouattara, n’est pas anodin. «L’Ageos qui est notre partenaire technique au Gabon est une agence spatiale nouvelle, mais elle est leader en Afrique centrale et leader d’un consortium qui regroupe des institutions venant de plusieurs pays de la sous-région», a-t-il soutenu.